NEWSLETTER

Français     English

Share this

Le journal Aurore plus définitivement interdit d’activités tandis que plusieurs autres médias et journalistes suspendus pour des périodes allants de un à six mois.

Le phénomène Peter Essoka, continue de défrayer la chronique autour de ses sanctions affligées par vague successives aux médias camerounais. L’ancien journaliste et président du Conseil national de la communication (CNC) ne manque pas une seule occasion pour discréditer la presse locale. Le bi-hebdomaire “Aurore plus” est définitivement censuré le 06 décembre 2016, pour “publication répétée d’accusations non-fondées, offensantes et insinuantes à l’égard des personnes et une attitude constante de défiance vis-àvis des injonctions du CNC”, dans une affaire l’opposant à l’ancien directeur de la Camair-co, Jean Paul Nana Sandjo” précise le communiqué du Conseil national de la communication.

Ces suspensions ne sont pas les premières et ne semblent pas terminées. De quoi susciter la désapprobation de la famille de la presse et de l’opinion qui apprécie les tribunes exclus de la scène pour un bon bout de temps. “Nous n’avons rien contre le CNC mais ses membres devrait prendre la peine de vérifier les faits et laisser les médias ciblés se défendre avant de sanctionner”, a déclaré le responsable de l’un des médias suspendu devant la presse. Les journalistes ciblés se disent victime de discrimination évoquant une volonté de les empêcher d’exercer efficacement leur métier.

Le journal “Depeche du Cameroun” est également suspendu définitivement conformément à une décision prononcée le 24 février 2015. Les décisions prises les 24 et 25 novembre derniers, découlent de l’examen de 25 affaires opposant des personnalités à certains médias, au cours d’une assise de la 16e assemblée ordinaire et la 8e réunion extraordinaires du Cnc. Plusieurs personnalités politiques et observateurs avertis jugent inopportuns ces décisions qui arrivent dans un climat de tension dans la partie anglophone du pays.

Lire aussi / Also read
Trois qualités d’un bon manager

Le Pr Pascal Messanga Nyamding exprimait encore son indignation face à l’acharnement de Peter Essoka en ces heures troubles du Cameroun sur le plateau de “Canal Presse”, le débat dominical de la chaîne Canal 2 international. A l’occasion l’universitaire et politicien, a qualifié les actes du CNC de “tentative de déstabilisation du régime de Paul Biya par ses proches”, en citant cette affaire au cours d’une de ses interventions en affichant son mécontentement.

Liste des sanctions du CNC

Le CNC a par ailleurs suspendu provisoirement les médias “Tour d’horizon” de Vision 4 (un mois), le “Quotidien Emergence” (un mois), “Universel FM” (un mois), “l’Indépendant infos” (deux mois), “Le Soir” (deux mois), l’émission  “La Nouvelle” (deux mois), “Ades-infos Le Regard” (trois mois), “L’Epervier” (six mois), “La Scène” (six mois).

Le directeur de publication du journal Kalara, Christophe Bobiokono, et Ndzana Fouda Marie Irène de Crtv, ont pour leur part écopé d’un avertissement.

Les motifs évoqués des décisions sont entre autres, la publication d’accusations non-fondées, offensantes et insinuantes, attitudes constantes de défiance vis-à vis des injonctions du CNC.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

6 × = 30