NEWSLETTER

Français     English

Share this

La signature de l’accord sur la libre circulation du Yuan chinois et du franc CFA en Afrique centrale et en Chine exclut de fait le trésor français de toute transaction avec la Chine.

Le 11 janvier 2017, pendant que le président Paul Biya reçoit WEI Wenhua, l’Ambassadeur de Chine au Cameroun, le président congolais Denis Sassou Nguesso recevais Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, à Brazzaville. Au cœur des échanges, l’accord sur la libre circulation du Yuan chinois et du franc CFA en Afrique centrale et en Chine.

De sources concordantes, la signature de l’accord sur la libre circulation du Yuan chinois et du franc CFA en Afrique centrale et en Chine exclut de fait le trésor français de toute transaction avec la Chine. Donc plus besoin de Paris dans les transactions de la zone Cemac avec la Chine. En termes simples cet accord permettra aux personnes physiques et entreprises de la Zone Cemac, de se rendre directement en Chine avec leur monnaie respective pour leurs transactions sans avoir besoin de les changer en Euros ou dollars, ce qui rapportait des milliards d’euros au trésor français.

Et en plus la convertibilité du Yuan dans la zone Cemac va permettre de donner aux investisseurs chinois, privés comme publics d’agir plus aisément dans des circuits financiers. Avec, la possibilité de faire arriver en zone Cemac des capitaux propres au développement de leurs activités. Selon les experts, cette mesure contribuera à aider aussi l’Afrique à éviter entre 600 et 800 milliards d’euros (396 000 milliards-528 000 milliards de Fcfa) en termes d’évasion fiscale.

Tout commence en Juillet 2016, Sassou offre sa première visite officielle en Chine après sa réélection avec à la clé, la signature de plusieurs accords dont celui sur la libre circulation du Yuan chinois et du franc CFA en Afrique centrale et en Chine. En décembre, Ali Bongo qui a suivi l’exemple de Sassou prend l’engagement de convaincre ses pairs de la Cemac. Le déploiement des autorités chinoises dans la sous-région viserait donc à convaincre les plus sceptiques d’une part et, à peaufiner l’application de l’accord.

Lire aussi / Also read
CIRGL : La paix est la richesse qui manque à la sous région, dixit Jean Claude Gakosso

Par Ludov Simo

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

70 − = 63