Exif_JPEG_420
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec l’inauguration du centre des formalités de création d’entreprise, le 26 janvier 2017 dans la métropole de la région de l’Adamaoua, l’impulsion de l’entreprenariat des jeunes se voit renforcée mais il faudra tout d’abord des résultats.

D’après les chiffres du dernier recensement démographique, la franche de la population active de 15 et 28 ans représentant plus de 47% des citoyens camerounaise est sous employés. S’il n y a pas d’offre d’emploi, la plupart de ces jeunes vont se verser dans la délinquance et cela doit peser sur les caisses de l’Etat. D’où l’idée même de la création du centre des formalités de création d’entreprise dans les dix régions du Cameroun. Les pouvoirs public constatant que l’environnement économique mondial n’était pas en adéquation avec la croissance démographique de tous les Etats a fini avec l’avis de tous les experts par conclure que le secteur public en lui seul, ainsi que le secteur privé formel associé au secteur parapublic ne pouvaient plus garantir les emplois décents à la jeunesse.

Le centre des formalités de création d’entreprise de Ngaoundéré mis en service en la faveur de la double cérémonie d’inauguration et de visite du village artisanal de la région de l’Adamaoua est construit vers la gare marchandise, tout prêt des douanes. La structure qui vient palier aux problèmes de création d’entreprise que rencontrent les jeunes dans cette partie du pays. L’inculcation de la création d’entreprise chez les enfants devra suivre au niveau des collèges, au niveau des établissements techniques et d’enseignement général.
Des incubateurs de la création d’entreprise ont été conçus et financés au niveau des universités puis des centres spécialisés. Occasion pour le ministre des petites et moyennes entreprises, de l’économie sociale et de l’artisanat (MINPMEESA), Laurent Serge Etoundi Ngoa d’annoncer un appui de 150 millions de francs cfa octroyé à l’Ecole des sciences agroalimentaires (ENSAI) de l’Université de Ngaoundéré vise cet objectif. « Sur ce financement, 120 million seront dédiés à l’opération du projet et 30 millions au fonctionnement de l’incubateur sous la coordination du délégué régional MINPEESA » a déclaré le ministre à Ngaoundéré.

Autre temps fort de la visite du professeur Laurent Serge Etoudi Ngoa, ministre des PME c’est la visite du village artisanal. Ce village a connu beaucoup de perturbation dans sa réalisation. « Je suis venu rassurer les autorités de la région de l’Adamaoua et la population que ce village sera achevé dans les prochaines semaines. Deux crédits ont été alloués dans le cadre du budget 2017 pour la finalisation des travaux de construction » a déclaré le ministre. Un crédit décentralisé à la région pour la construction de la clôture et un autre qui va aboutir à la finalisation des travaux.
Abdouramane Ousmanou

EN KIOSQUE


journal chateaunews

Lisez et TÉLÉCHARGEZ le numéro 58 de votre Journal digital CHATEAUNEWS

La reprise des cours ce 1er juin 2020 sous des risques. Pendant que les élèves et étudiants reprennent les cours...

TELECHARGER

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS