NEWSLETTER

Français     English

Share this

Le bureau  régional des transporteurs du Cameroun nouvellement installé a exprimé sa volonté d’œuvrer pour la prospérité de leur secteur activité longtemps victimes des égoïsmes et les intérêts parallèles hérités du syndicalisme colonial.

« Œuvrer pour la prospérité du secteur de transporteur sur le corridor Ngaoundéré-N’Djaména et Ngaoundéré-Moundou » sont les mots du gouverneur de la région de l’Adamaoua à l’endroit  des membres du bureau régional de l’organisation des transporteurs du Cameroun (OTCAM), installé le mercredi 15 février dernier. Pour le président national, Ibrahima Yaya, « notre objectif fondamental est la défense des intérêts des transporteurs, dans l’optique de l’amélioration de leurs conditions de vie ».

Le bureau de l’Adamaoua, constitué d’une soixantaine de membres  est dirigé par Mohaman Nourou Razil, ancien maire de la commune de Ngaoundéré 3e. Devant l’esplanade de ses services où s’est déroulé la présentation officielle du bureau, Kildadi Taguiéké Boukar, a prescrit la lutte contre l’incivisme routier et fiscal, et pour l’amélioration des conditions de travail des chauffeurs par le paiement de leur salaire. Une réalité qui alimente de nombreuses tensions dans le secteur.

Fondée à Yaoundé le 14 décembre 2014, l’OTCAM représente les intérêts du patronat camerounais de l’industrie du transport. Grâce à son réseau de syndicats ; d’experts et d’entreprises membres, elle représente les exploitants d’autobus, d’autocars, de camions, d’auxiliaires des transports, de transporteurs maritimes, ferroviaire et aérien.

Il est donc question pour ses membres de « créer une synergie capable d’insuffler une nouvelle dynamique de justice sociale longtemps distraite par les égoïsmes et les intérêts parallèles hérités du syndicalisme colonial ». Tâche à laquelle devra se confronter Mohaman Nourou Razyl et son équipe.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 4 = 3