NEWSLETTER

Français     English

Share this

Ils ont été des milliers à se masser le long du trajet emprunté par le trophée de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Gabon 2017 remporté par nos valeureux Lions indomptables ce 1er mars.

L’étape de Ngaoundéré, métropole de la région du château d’eau restera gravée dans les esprits devant la forte mobilisation observée. Jamais les populations de Ngaoundéré réputée timide n’avaient autant manifesté leur enthousiasme. « La magie du football » aura donc une fois encore opéré des miracles au cœur de l’Adamaoua. «L’Egypte dans la sauce… » pouvait -on entendre les foules scander ici et là tout au long du parcours victorieux emprunté par le Ministre des sports et de l’Éducation civique Pierre Ismaël Bidoum Mpkwatt et Alioum boukar qui représentait la team avec le trophée national. Pour le gouverneur de l’Adamaoua la satisfaction est totale après la démonstration massive orchestrée par les forces vives de sa région de compétence.

Jalousie patriotique
La Coupe de football tant convoité sur le continent africain a d’abord été accueillie à l’aéroport de Ngaoundéré par les autorités avant de démarrer son périple dans les artères des grands axes et quartiers. Après l’escale de Dang la cité université qui aura connu un arrêt chaleureux au milieu des cops, la caravane s’est rendu à la place des Lions indomptables face Stade Ndoumbé Oumar pour l’inauguration d’un monument qui marquera définitivement les traces du séjour dans l’Adamaoua. La construction dévoilée par Ahmadou Dawa, délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Ngaoundéré, le cortège du trophée national a transité par le Lamidat pour une fantasia footbalistique avant la célébration populaire à la place des fêtes de Ngaoundéré. Toutes les composantes administratives, politiques, traditionnelles et sociales étaient déjà mobilisées pour la grande parade de la victoire. « La grande sortie des populations est preuve d’une jalousie patriotique qui est un message à la nation camerounaise pour la cohésion sociale » déclare le sénateur SDF Paul Haman

Lire aussi / Also read
Extrême-Nord : Tentative d’envahissement du sol camerounais par des bandes armées

Fous de foot
Trop de désordre auront marqué le parcours du trophée de la Can Gabon 2017 à Ngaoundéré. C’est dans un brouhaha monstre et des acrobaties des conducteurs de motos que le cortège a sillonné les citées et routes. Face à cette détermination de se réjouir dangereusement, les forces de défenses et de sécurité ont été impuissantes. Les accidents et collisions se sont succédé sur différents trajets entre les conducteurs de moto fous de foot. Plus de choc que de casses, on a enregistré que des cas de fractures, de blessures, de dégâts matériels sans perte en vie humaine à déplorer.

Déchets d’organisation
L’une des défaillances constatée aura certainement été les longs retards accusés dans l’exécution des différents trajets. Entre tiraillement du temps et escale longue, rien n’a pu se dérouler comme prévu. A chacune étapes le temps s’allongeait au point d’épuiser les populations mobilisées. Le comité d’organisation n’ayant pas prévu de rafraichissement pour les enfants et personnes amassées le long du trajet, les signes d’épuisement se sont multipliés. On aura vu des enfants à l’ombre sous les bois, les élèves abandonnés l’attente du passage du trophée pour aller se reposer et des adultes tomber sous le choc de la canicule. Prévue pour s’achever autour de 14h, c’est à 17h que la cérémonie s’est clôturée magistralement au grand soulagement de tous. « Enfin c’est fini » a soupiré une hôtesse visiblement à plat. D’ailleurs passé cette pause coupe, demain est jour de classe et travail.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

2 × 5 =