NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les prises d’otages ne s’exercent plus dans les  brousses à l’insu des forces de sécurité mais en plein cœur de la métropole de l’Adamaoua où  plusieurs familles ont payé les frais et aussi la mort d’un enfant déplorée.

C’est en toute impunité et au nez des autorités que les preneurs d’otages évoluent désormais. La semaine dernière, au quartier Sabongari, le fils du commerçant Alhadji Moussa âgé de 3 ans est enlevé en plein jour à Ngaoundéré. Alerté, ce dernier va payer la rançon exigée de 1,5 millions pour le retour à la maison du gamin. Le second cas plus dramatique est celui du regretté Aboubakar Sidiki âgé de 2ans 2 mois qui a perdu la vie.

Le dimanche, les ravisseurs s’en prennent au petit enfant du nommé Alhadji Sani, éleveur. La victime a été enlevée au quartier Yarbang, derrière le lamidat et ses ravisseurs réclamaient  7 millions de rançon. Le gamin sera séquestré durant 48 heures au quartier Bali de Ngaoundéré. Seulement 400.000 Francs seront récoltés via transfert mobile venant du papa. Devant la réticence de la famille à se plier aux exigences des kidnappeurs, l’enfant a été empoisonné par ses bourreaux. Agonisant, les malfaiteurs viendront le déposer devant le portail familial tard dans la nuit. Sidiki rendra l’âme le 21 mars vers 3 heures du matin.

Dix preneurs d’otages aux arrêts

Les éléments de la police ont démantelé deux gangs de preneurs d’otages avec demande de rançon qui semaient la désolation dans la ville de Ngaoundéré, métropole de l’Adamaoua. Les kidnappeurs dont l’âge varie de 19 ans à 23 ans méditent leurs sorts derrière les barreaux. Les apprentis sorciers auront fait paniquer les populations et leur arrestation fait tomber la psychose. Le décès d’un enfant Aboubakar Sidiki enlevé par ces présumés preneurs d’otage est ce qui aura jeté dans la traques des suspects toutes les forces de sécurité de la ville de Ngaoundéré.

Il y a une semaine, l’enlèvement de Abdoulaziz moussa âgé de 4 ans au quartier Sabongari América a créé la panique chez les parents le 15 mars 2017. L’enfant sera séquestré pendant 3 heures dans l’attente de la rançon de 1 million cinq cent  mille réclamée aux parents. Sur cette somme, 200.000 Fcfa sera versée par le papa Moussa Souleymanou par voie électronique. Il sera libéré sain et sauf par ce geste salvateur. Après ouverture de l’enquête, les suspects Ibrahima Mamoudou 21ans, Bia Hamadou 23 ans, Salihou Abba 23 ans, Abba Aliou 18 ans et Ibrahima Hamadjoda 21ans, seront interpellés le 24 mars par les forces de sécurité. Ils passeront aux aveux complets.

Devant ce forfait douloureux, l’alerte est donnée aux forces de sécurité qui se lancent à la traque des suspects. La machine judiciaire déployée, les 5 suspects Mohamadou Hamoa 22 ans, Mohamadou Bachirou 20 ans, Abdouraman Kadiri 20 ans, Mohamadou Hamza 19 ans, Ayouba Alhadji 21 ans, son frère ainé, seront mis aux arrêts le 27 mars et avoueront leurs crimes.

Des “apprentis sorciers”

Cela faisait plusieurs semaines que les victimes de ce phénomène d’enlèvement se multipliaient dans les familles de la métropole. « Nous avons vécu 2 cas d’enlèvements au centre-ville et une mort d’homme. Le petit enfant enlevé est décédé suite à la drogue à lui donnée par les malfaiteurs. Le plus préoccupant c’est que deux de ces grands frères ont participé et commandité son enlèvement. La police et les forces de maintien de l’ordre ont fait leur travail.

Ça n’a pas tardé pour que les gangs soient mis hors d’état de nuire. La psychose relève désormais du passé. » Se réjouit le Commissaire principal Ndo Mvembe Jeanine, commandant de la Police Judicaire de Ngaoundéré.

C’est avec consternation et les larmes aux yeux que le père constatera la présence de deux de ses fils dans les rangs des bourreaux face à lui. Au regard du travail abattu par les éléments de la police, le Gouverneur Kildadi Taguiéké Boukar est descendu sur le terrain vivre la reconstitution des faits. Les populations peuvent désormais dormir tranquille.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

67 − 58 =