daffe
10e anniversaire d'Arterial Network fêté à Abidjan le 10 et 11 Mars 2017, à La Rotonde des Arts.
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Ingénieur culturel, expert en gestion d’art et culture, Mamou Daffé a initié le Festival sur le Niger, l’une des attractions socioculturelles et touristiques les plus importantes dans la sous-région ouest africaine.

Responsable du Centre Culturel Kôrè et du festival sur le Niger depuis leurs créations, il est membre fondateur et président du Réseau KYA, le réseau des acteurs culturels du Mali. Citoyen d’honneur de la ville de Ségou, Chevalier de l’Ordre National du Mali et Sénateur de la Jeune Chambre International, Mamou Daffé en sa qualité de président d‘Arterial Network dresse pour nous les 10 ans de parcours du réseau culturel panafricain.

M. Mamou Daffé, président d’Arterial Network, quel bilan faites-vous des 10 ans de parcours culturel du réseau ?

Aujourd’hui, en termes de bilan, nous pouvons dire que le réseau a réalisé 10 ans de plaidoyer pour la liberté d’expression et les droits des artistes (à travers son projet Artwatch Africa) ; 10 ans de renforcement de capacités des acteurs culturels et des artistes à travers le continent ; 10 ans de mutualisation, de réseautage entre les acteurs culturels et artistes du continent. En dix ans d’existence d’Arterial Network, on se connait mieux désormais à travers le continent, on travaille mieux ensemble pour soutenir le secteur de la création en Afrique.

Lire aussi / Also read
Raïssa Mandeng : « Le Festival Sahel vise à promouvoir le patrimoine culturel et touristique du Sahel »

L’une des visées du réseau est d’influencer les politiques culturelles africaines, alors peut-on dire que cet objectif est en bonne voie ?

En effet, pendant ses 10 ans d’existence, Arterial Network a conçu un manuel sur les Politiques Culturelles en Afrique « Adapter la roue » pour appuyer les Etats africains dans l’élaboration de leurs politiques culturelles nationales. Aussi, il faut noter qu’Arterial Network comporte en son sein un Groupe de Travail sur les Politiques Culturelles  qui est une force de proposition pour le secteur créatif africain. Arterial Network travaille également en étroite collaboration avec l’Observatoire des Politiques Culturelles en Afrique (OCPA)…

On s’imagine bien que les célébrations de ces 10 ans d’activisme culturel ne sont pas juste un moment de détente et réjouissances, mais l’occasion de se projeter vers l’avenir. Après cette pause rétrospective quels sont les grands chantiers en cours ?

Le 10ème anniversaire a été l’occasion de faire le bilan, d’impulser une nouvelle énergie pour les 10 ans à venir. Aujourd’hui plus que jamais nous avons de grands challenges à relever et de grands chantiers à réaliser. Le nouveau Arterial Network qui émerge après 10 ans d’existence marquée par de nombreuses difficultés. Le nouveau Arterial Network s’engage résolument vers la capitalisation des acquis en termes de renforcement de capacités, de plaidoyer, d’accès au marché, de diffusion de l’information. Aussi, dans sa démarche de redynamisation et repositionnement, Arterial Network a mis en place un concept de Collaborations créatives pour relier davantage les affiliés et renforcer le réseautage et le partage ; un programme des villes créatives africaines ; une foire des industries créatives et culturelles, etc.

Vous le savez bien que le développement culturel et le financement des projets et actions dans ce domaine demeure très faible, que propose Arterial Network pour relever la pente, promouvoir davantage les talents et sauvegarder le patrimoine africain ?

Arterial Network est conscient de la problématique du financement  des projets culturels dans nos Etats. C’est pour cette raison qu’Arterial Network mettra l’accent dans les 10 prochaines années sur le développement de sources de financement africains pour soutenir prioritairement le secteur sur le continent, en mettant en place en Novembre 2017 le Fonds Panafricain des Arts et de la Culture…

Lire aussi / Also read
Comment contrôler la société, par Serge Carfantan

Les jeunes se plaignent du manque d’accompagnement, à l’instar du Cameroun, les grands espaces culturels sont à plus de 80% promus par les institutions étrangères, que propose Arterial Network pour que la jeunesse joue pleinement son rôle de moteur du développement culturel sur le continent.

Arterial Network a justement été créé à cet effet, pour le renforcement du réseautage, le partage des meilleures pratiques, mais aussi pour créer les conditions optimales pour l’émergence des jeunes et le développement du secteur créatif à travers des mécanismes de financement tels que le Fonds Panafricain des Arts et de la Culture…
Aujourd’hui, nous prônons le renouveau d’Arterial Network, dans une nouvelle Afrique qui s’exprime, qui s’assume, qui se prend en charge, qui sait identifier ses forces et ses faiblesses, qui se professionnalise, qui s’autonomise et qui essaye de voir l’avenir de manière positive.

Interview réalisé par Rodrigue TAPEO,
collaboration Marie-Louise Rouget

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

61 + = 69