Boissons gazeuses
Crédit photo : janiclessardforcier.com
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Faites un tour maintenant dans les villes du Cameroun et même les villages les plus reculés : le supermarché, la boulangerie ou boutique la plus achalandé se voit à son entrée par la disposition de ces bouteilles multicolores de boissons gazeuses qu’ils présentent.

Il y a au moins 5 marques concurrentes qui attaquent ce marché de consommation et la plupart ont acheté les licences des produits étrangers pour attirer plus de clientèle. Cette concurrence permanente et rude a fait que les produits ont baissé en cout et gagné en volume simultanément.

Sur le plan social, cela a d’énormes conséquences que l’on ne mesure pas encore tout de suite.
En effet, il est devenu très facile pour une personne avec 500 F d’avoir 1L de boisson sucrée rafraichissante, avec sa bouteille propre à emporter partout, chose qui n’était réservée à une époque qu’à une catégorie plutôt nantie de la population. Aujourd’hui en mangeant à tous les repas, vous pouvez avoir votre boisson gazeuse à portée de main, en format mini, elle est l’invitée de toutes les fêtes. Les grands formats (2L) ont conquis le cœur de tous les parents qui peuvent ainsi avoir une boisson sucrée à partager en quantité acceptable pour chacun et à prix mini.

Les cannettes ne sont pas à éliminer de cette croisade. Or, il faut noter que les moins caloriques, 100ml de ces boissons gazeuses apportent 40 Kcal donc le litre nous apporte 400 Kcal, c’est à dire l’équivalent en énergie d’un plat de midi qui ne sont pas comptabilisés dans notre facture de consommation alimentaire quotidienne. Conséquence : on ingurgite une énergie quasi-quotidienne supplémentaire inutile et que nous n’allons pas utiliser. Elle s’accumule donc dans les tissus sous forme de graisse et bonjour les maladies.

Lire aussi / Also read
« La beauté de la femme n’est pas culturelle mais une décision d’industriels de la Cosmétique » de Jean-Paul Pougala

La consommation excessive de boissons gazeuses est un phénomène nouveau dans notre société et nous saisissons cette tribune pour interpeller les leaders politiques, le ministre de la santé, du commerce d’exiger des sociétés brassicoles d’écrire sur les emballages que “l’excès de sucre est nuisible pour la santé”.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

1 × = 4