Bello Seraphin chef secteur de douane du Nord Cameroun
Bello Seraphin, Chef Secteur de douanes du Nord Cameroun
NEWSLETTER

Français     English

Quel bilan faites-vous des recettes douanières dans la région du Nord Cameroun pendant le premier trimestre 2017 qui est déjà au rétroviseur ?

Les prévisions qui nous ont été assignées au cours du premier trimestre 2017 sont en hausse de 54,06 % et de 74,40% par rapport à l’exercice 2015-2016. Par exemple en 2015, il ya eu une hausse de nos prévisions de 1milliard 376.500.000FCFA par rapport à 2016 ; il ya eu une hausse de 1milliard 10.000.000FCFA. Par rapport à ces prévisions qui sont en hausse, nous avions néanmoins pu réaliser malgré un contexte très difficile des recettes de 1milliard 101.666.759FCFA soit un taux de réalisation de 59,54% et je voudrais préciser que les réalisations pour la même période de l’exercice 2016 étaient de 900 millions 627.424FCFA et les réalisations de 2015 étaient d’une valeur de 752.994.353FCFA.

Parlez-nous des actions de la douane sur le contentieux douanier ; surtout en ce qui concerne la lutte contre diverses formes de fraudes sur le terrain par vos agents déployés dans la région du Nord ?

Les affaires contentieuses au cours du premier trimestre 2017 sont en hausse. Nous avions pu traiter 75 affaires contentieuses qui ont générer 6.126.687 FCFA et comme amende 10.720.680FCFA et la plupart des infractions relevés concerne la contrebande.

Lire aussi / Also read
Etoundi Pierre Landry, Régisseur de prison à Ngaoundéré

Aviez-vous eu des recettes accidentelles au cours du premier trimestre 2017 ?

Nous avions pu collecter au titre du premier trimestre la somme de 15.553.66FCFA

M. le chef de secteur des douanes du Nord, si on s’arime à un adage qui dit aucune œuvre n’est parfaite, on ne saurait terminer cet entretient en vous demandant quels sont les entraves à la réussite des objectifs assignés ?

Au cours du premier trimestre on à eu comme principal entrave au secteur de douane du Nord la contrebande qui à pris une certaine proportion dans le secteur. Nous avions eu un pourcentage évalué à plus de 80% de taux de contrebande. Vous comprenez que pour augmenter les recettes la contrebande à sa place. Les frontières sont poreuses, il manque des moyens logistiques dans la lutte contre la contrebande pour les brigades mobiles qui manque de véhicule. Il ya des zones très hostiles aux douaniers ou certains douaniers n’échappe pas au lynchage. L’inflation du naira au Nigeria à fait chuter les recettes douanières avec une chute drastique des activités commerciales.

Quelles sont les perspectives en ce qui concerne le trimestre en cours dans la région du Nord Cameorun ?

Nous allons procéder à l’harmonisation des taxations qui est un acquis de la mission HALCOMI (halte au commerce illicite). Un accent sera mis sur la maximisation des recettes d’exportations qui génère beaucoup de recettes à gagner. On à un point à relever qui entraine un manque à gagner au trésor public il s’agit de la contrebande avec les taxis dont on évalue à près de 500 starlettes qui fait des navettes entre le Cameroun et le Nigeria ce qui entraine d’énormes pertes nous allons tabler sur ce problème.

Propos recueillis par Yaoussia Martin

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

23 + = 26