ciment
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Apres l’usine de Baoré située dans la région du sud-ouest du pays, c’est au tour de Lamadji située dans la périphérique de la capitale N’djaména que cette deuxième usine du ciment a été inaugurée.

D’une capacité de production de 500 000 tonnes avec extension pouvant aller jusqu’à un million, cette deuxième unité de production de ciment aura couté plus de 22 milliards de Fcfa. Avec plus 200 emplois en phase d’exploitation, ce fruit de la coopération Tchad-Maroc entend produire tout type de ciment. Ce ciment produit par le groupe le CIMAF (Ciment d’Afrique) présent dans plus de douze pays d’Afrique centrale et de l’ouest, devra alléger le calvaire des populations du Tchad, qui jusqu’à la dispose du triste record du coût du ciment le plus cher de la sous-région voire du monde.

ciment

Plusieurs personnalités ont pris part à cette inauguration. Une opportunité de transfert de technologie pour le président de la république du Tchad Idriss Deby Itno. «Ce joyau va produire la matière que nous avons besoin pour investir dans le secteur social le plus attendu. C’est une coopération bénéfique, en plus la technologie est maitrisée parfaitement par nos frères marocains. C’est un avantage comparatif par rapport aux investisseurs étrangers en Afrique qui viennent et qui sont souvent jaloux de transmettre leurs savoir-faire. Ça c’est une grande différence, sur les échanges entre les pays africains de compétences, de possibilités, qui peuvent nous faire beaucoup d’économies dans notre quête permanent de développement de notre contient et de nos différents pays » a-t-il affiché sa satisfaction.

Après le désespoir des populations tchadiennes de la première usine de Baoré qui a montré ses limites sur tous les plans depuis son lancement il y cinq ans, les yeux des consommateurs sont tournés vers les autorités afin qu’ils y fixent rapidement les prix sac. De quoi saluer le coup de pouce aux investissements apporté par le président. «C’est par des investissements de ce genre que l’Afrique peut réussir son développement économique. L’Afrique peut décoller sur le plan de l’industrialisation, il appartient au gouvernement de prendre toutes les dispositions pour cela. J’encourage les jeunes tchadiens qui sont formés et qui sont maintenant à l’œuvre dans la production, que d’autres suivent ! J’encourage les amis marocains à former encore d’autres tchadiens » a souligné Idriss Deby Itno. Le souhait de tous est que l’impact de cette dernière-née se ressente sur la vie sociale du pays.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

× 8 = 32