Société Développement Tchad : la désertification ne préoccupe pas les autorités

Tchad : la désertification ne préoccupe pas les autorités

-

- Advertisment -

La journée du 17 juin dernier est passée de manière inaperçue au Tchad, alors que le pays fait face avec acuité aux conséquences de la désertification et de la sécheresse.

Alors que le pays est le plus touché par la désertification et la sécheresse dans la sous-région Afrique centrale, la journée consacrée par les nations unies pour s’asseoir et réfléchir sur des mesures d’atténuations et de lutte face à ce phénomène est passée sous silence. Aucune manifestation organisée soit par le gouvernement et les ministères en charge, ni par les associations spécialisée de cette cause. Les yeux des autorités, selon un étudiant passionné des causes environnementales étaient tournés vers les revendications et autres crises économiques que traverse le pays que par l’avancée rapide du désert et la sécheresse qui s’observe.

Pays faisant face à plusieurs crises environnementales, c’est celle de l’avancée du désert qui se fait déjà ressentir le plus sur toute l’étendue du territoire national. Depuis quelques années l’on observe des tempêtes de sables et de poussière qui couvrent plusieurs villes des régions du l’est, du nord et même sur la capitale. Les dégradations des terres et des écosystèmes, ainsi que l’érosion des sols et les épisodes de sécheresse n’ont jamais été si préoccupant. L’utilisation non durable des ressources terrestres et hydriques, l’urbanisation et le changement climatique en sont entre autre les principaux déclencheurs qui s’ajoutent à ce lot.

Le sur-pâturage des animaux, le surmenage des zones agricoles, la mauvaise utilisation de l’eau, le déboisement et l’attitude à ne pas replanter sur les terres défrichées ne peuvent être oublié d’être cité parmi les mauvaises pratiques que se livrent les populations tchadiennes. Toutes les campagnes de reboisement ont montré leurs limites du faite de la mauvaise volonté et de la corruption des personnes assignées.

Plusieurs organismes spécialisés ont par ailleurs annoncés que les phénomènes de sécheresse et de chaleurs seront accentués cette année sur l’ensemble du pays. la famine pourrait être signalée dans certaines zones du pays si rien n’est fait.

blank
Honoré Barka Essigue
Barka Essigué Honoré est un passionné de la communication ayant participé à plusieurs formations et enquête en journalisme. Depuis 5 ans il prête ses plumes aux radios et presses aussi bien du Cameroun que du Tchad. Honoré Barka est le correspondant officiel de Chateau News au Tchad et à l’Extrême-Nord du Cameroun.

LES PLUS LUS

C'EST TOUT FRAIS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×