innondations
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Depuis le début de la saison de pluie au pays, les jeunes des sous quartiers de la ville de N’djaména ne cessent de multiplier des stratégies afin de lutter contre les inondations et les maladies.

C’est devenu le phénomène a la mode dans les sous quartiers de la ville de N’djaména. Depuis les tombées des premières pluies sur la ville, la mobilisation est de taille. Avec pelles, râteaux, brouettes, etc., les jeunes se mobilisent pour créer des passages aux eaux de pluies et libérer les rues afin de faciliter la mobilité quand les pluies tomberont avec insistance. Ces initiatives sont pour la plus part penser par ces même jeunes ; véritable bras séculier de la société.

De manière plus ou moins spontanée, c’est au lever du jour que commence leur action à l’aide des matériels cités ci-haut. Sans techniciens qualifiés ceux-ci creusent des caniveaux devant faciliter l’écoulement des eaux de pluies. Pour Siméon, jeune résident le quartier Chagoua

« cette action est une façon pour nous les jeunes de montrer aux parents et à nos petits-frères qu’il est important d’assainir son environnement. Il est vrai, nous savons tous la mairie de ville ne viendra jamais faire ceci a notre place et c’est nous les principaux bénéficiaires de cette action. Vous voyez ? Tous les jeunes sont fiers de faire ça ! »

Il faut noter que cette activité est le plus souvent saluée par leurs parents et autres passants. Ceux qui ne disposent pas des jeunes dans leurs concessions ne tardent pas à donner quelques billets de banques à ces volontaires pour se trouver de quoi se mettre sous la dent pendant la durée de cette activité. Et quand ces rues sont dégagées, les usagers ne manquent pas de saluer ces initiatives.

Lire aussi / Also read
La scolarisation de la jeune fille inquiète à Moulvoudaye

Pour monsieur Maurice, habitant du 7 arrondissement exprime sa joie de passer sur une rue bien balisées. Pour lui,

« ce que ces jeunes sont en train de faire est une bonne initiative. Ils nous démontrent que ce sont eux les bras valides du quartier. Quand ces rues sont bien propres, et que les eaux ne stagnent pas, ça nous évite les maladies et les glissades quand il pleut. Si seulement l’Etat pouvait leur accompagner a bien s’organiser, ceci devrait être encore plus bien ».

Face à la résistance de certaines personnes qui refusent catégoriquement que l’on y creuse un canal devant leurs concessions, le maire de la commune du 7 arrondissement de la ville de N’djaména est monté au créneau sur les ondes d’une station radio de la place pour appeler ces personnes réfractaires de cesser avec ce genre de comportement qui s’avère antisocial et égoïste. Somme toute, il est clair que ce type d’activité est toujours d’un intérêt général.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

+ 84 = 90