abattoir Ngaoundéré
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Le taux d’avancement des travaux de ce projet porteur de croissance est satisfaisant. Ainsi a pu le constater le Dr. Taïga. Le projet structurant qui rentre dans le plan d’urgence triennal de l’accélération de la croissance et de la lutte contre la pauvreté initié par le Chef de l’Etat Paul Biya vise l’industrialisation de la filière bovine dans la région du château d’eau. Le chantier de l’abattoir industriel de Ngaoundéré sera bientôt une réalité.

Ceci à travers la mise en place d’une chaine d’abattage dans les zones de production, la construction des entrepôts frigorifiques dans les centres de consommation.

Depuis le lancement du chantier au second semestre 2015 jusqu’au 13 juin 2017, Dr. Taïga, a multiplié les visites sur le site de construction de l’abattoir moderne de Ngaoundéré, à Wakwa dans les encablures de la ville. L’évolution des travaux affiche un bon taux de réalisation.

« Je suis satisfait à ce stade du niveau d’avancement des travaux. Nous sommes à la fin de ces travaux, il reste quelques réglages avant la mise en fonctionnement. Cet abattoir représente un outil important de l’accélération de la croissance et de l’industrialisation du secteur de la viande. Le gouvernement a joué sa partition, il faut que l’ensemble des éleveurs, des commerçants et des bouchers comprennent que nous sommes dans une logique de changement, pour offrir la viande qualité aux citoyens camerounais »

a déclare le Dr. Taïga.

Le chantier de construction de l’abattoir industriel de Ngaoundéré est déjà à son terme selon les déclarations du ministre Taïga qui s’est d’ailleurs félicité du respect du délai d’exécution imparti à l’entreprise espagnole chargé d’exécuter ce marché. Accompagné du coordonnateur national du plan d’urgence triennal Elanga Obama, du gouverneur de la région de l’Adamaoua et une forte délégation des forces vives de la région, le Minepia a visité l’abattoir ainsi que les équipements de pointe qui seront mis en service. D’ici quelques jours, 250 têtes de bœufs vont y être abattues chaque jour et la viande sera distribuée sur le triangle national et dans la zone Afrique centrale.

Lire aussi / Also read
Ngaoundéré a l'ère d'une nouvelle race de criminels

Le projet qui a coûté plus de 10 milliards de francs Cfa, consiste aussi en la construction des entrepôts frigorifiques dans les villes de Yaoundé, Ebolowa et Kribi, l’acquisition de cinq camions frigorifiques et deux véhicules frigorifiques pour le transport et la distribution de la viande. Le volet formation du personnel est dans les priorités.

« En tant qu’éleveur de la région, je suis fier de cette réalisation du gouvernement. Il y’a deux ans lorsque le ministre est venu ici à Ngaoundéré pour sensibiliser les acteurs du secteur sur le projet, nous n’avons pas cru à sa réalisation. Aujourd’hui nous sommes fiers, car ce sont nos produits d’élevage qui seront bientôt valorisés, car la transformation sur place à une grande échelle va créer plus d’emploi »

confie Nana Sarki, éleveur.

En attendant la structuration et la formations des acteurs demeurent la priorité pour une prise en main efficiente de l’infrastructure.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 × 1 =