entrepreneur
Appollinaire Ousmanou
NEWSLETTER

Français     English

Titulaire d’un master en Sémiotique et stratégie de communication obtenu au centre de recherche en sémiotique appliqué de l’Université de Yaoundé 1, d’un diplôme de droit public obtenu de l’Université de Ngaoundéré et d’un diplôme de Technicien Supérieur en art et métier d’audiovisuelle option Infographie/webmaster, APPOLLINAIRE OUSMANOU est un modèle pour la jeunesse du septentrion.

Vous êtes un entrepreneur, vous avez mis sur pied KRIMIRHRAPHIC Business and Communication quelles sont vos motivations ?

Mes motivations sont simples : Suite à une petite enquête faite sur le terrain, je me suis rendu compte que des nombreuses entreprises installées dans la région du Nord Cameroun effectuent des déplacements sur des milliers de kilomètre pour se rendre dans les grandes villes comme Yaoundé et Douala afin de concevoir et imprimer leur support de communication. Suite à ce constat j’ai observé que le grand nord Cameroun en général ne dispose ni d’agence de créa ni d’agence de communication qui puisse offrir des services aux différentes entreprises installées dans cette partie du pays.

Et même des entreprises installées à Ndjamena dans le Tchad voisin traversent le Nord Cameroun pour aller effectuer leurs travaux soit à Yaoundé soit à Douala. Suite à ce constat, je me suis rapproché de mes amis qui ont également des formations dans le domaine de la communication et de la conception graphique et Web avec qui nous avons échangé et ils m’ont beaucoup encouragé dans ce projet d’implantation d’une agence de communication dans le Nord et plus précisément à Garoua qui est le Cœur de la partie septentrionale du Cameroun.

Pensez-vous que la région du nord est une zone propice au développement des entreprises ?

Très honnêtement je pense que le Nord Cameroun est la zone idéale pour tout entrepreneur qui aimerait investir au Cameroun. La raison est simple : Le Nord Cameroun est un terrain pratiquement vierge dans plusieurs domaines. Par contre les grandes villes comme Yaoundé et douala sont saturées et la concurrence est très rude. Je prends un exemple bien concret : Celui des promoteurs des chaines de télévision. Les régions de Yaoundé et de Douala compte à elle seule plus de 10 chaines de télévision privée par contre dans toutes les 3 régions du Grand nord Cameroun on ne trouve aucune chaine de télévision or d’après une étude menée par mon groupe, nombreuses sont ces entreprises qui voudraient communiquer, les ONG installées dans le Cameroun septentrionale qui voudraient produire des émissions de sensibilisation sur des fléaux qui minent cette partie de territoire Camerounais afin de les diffuser via des voies Audiovisuelles mais qui n’ont pas de possibilité de le faire et ceci pour une raison qui s’explique facilement.

+
Le Feicom soutient les projets de deuxième génération, créateur de richesses et d’emplois

Sur des dizaines de chaine de télévision qui sont installée au Cameroun seule la CRTV est capté gratuitement par la plus part des ménages dans le grand Nord. Toutes les autres chaines pour être vu nécessitent d’autres installations qui sont coûteuses et qui ne sont pas à la portée de la population de cette partie du Cameroun. Ce qui fait que ces derniers se posent la question de savoir à quoi bon de communiquer sur des chaines installée dans d’autres ville et qui ne sont pas visibles dans notre zone d’action.

Quels types d’entreprises peuvent prospérer dans le nord ?

Je pense qu’en matière d’entrepreneuriat, le Nord Cameroun est un terrain propice pour tous types d’activités. Le terrain est vierge dans de nombreux domaine d’activité. Je venais de prendre l’exemple de la télévision, on pourrais tout aussi s’apesentir sur l’exemple de la laverie. J’ai fait le tour dans toute la ville de Garoua à la recherche d’une laverie équipée d’un katcheur. Mais hélas, ma surprise a été de constater que Garoua ne dispose d’aucune laverie sérieuse. Les rares laveries qui sont disponible n’ont pas de matériel adéuat.

Quelles sont les domaines d’intervention de votre entreprise ?

Dans notre entreprise KRIMIGRAPHIC BUSINESS AND COMMUNNICATION nous avons des offres diverses de services à savoir la création, dont la conception graphique ; l’impression sur tout type de supports; la conception et le développement de site internet; Conseil, stratégie Communication et Évènementiel, la sérigraphie moderne, le matériel de publicité, la prestation de services divers.

Combien de jeunes employez-vous ?

Je travaille avec une équipe de 06 jeunes parmi lesquels : une publicitaire, un infographe, un ingénieur développeur d’application, deux commerciaux, et un agent de relais installé à Yaoundé pour gérer nos commandes en approvisionnement ou encore gérer nos relations avec certaines entreprises sur place puisse qu’il nous arrive également de sous-traiter avec les entreprises installé dans cette partie du pays.

+
Ngaoundéré - Culture : La Bibliothèque Municipale Imam Paté se meurt

Est-il possible d’entreprendre dans le domaine agricole au Nord-Cameroun ?

Vous savez, entreprendre dans le domaine agricole au Nord-Cameroun n’est pas chose facile à cause de la rareté de pluie dans cette partie du pays. Les entrepreneurs agricoles courent un risque, mais notons tout de même qu’il y’a des cultures qui produisent très bien dans cette partie du pays et surtout on peut remaruer la présence des entreprises comme la SODECOTON et des organisations comme la Confédération Nationale des Producteurs de Coton ( CNPC-C) , les programmes comme le Programme d’Amélioration des Productions Agricole (PAPA-ADZ) qui encadrent et accompagnent les entrepreneurs du secteur agricole dans le grand Nord Cameroun en leur fournissant des Intrants, des tracteurs, de l’expertise et même des prêts sur toute forme. Ceci pourrait être une motivation pour qui veut entreprendre dans le domaine agricole au nord Cameroun.

Avez-vous eu les partenaires pour le démarrage de votre entreprise ?

Si j’ai eu des partenaires au moment du démarrage de mes activités ? Si oui alors ce sont mes amis avec qui je travaille et les membres de ma famille qui m’ont encouragé mais un partenaire financier je dirais non. J’ai reçu un prêt du Fond National de l’Emploi, ce qui m’a permis de m’équiper en ordinateurs, imprimantes et consommables.

Qu’est ce qui peut être un frein pour l’entrepreneuriat dans le Nord Cameroun ?

Si vous parlez des difficultés alors vraiment elles sont très nombreuses. Il faut avoir le « cœur » pour entreprendre dans le Nord Cameroun surtout quand on est jeune. Les gens ont déjà cultivé dans leur tête que tous ce qui est bien sort ailleurs, pratiquement de Yaoundé ou Douala. On ne fait pas confiance à la jeunesse. Les clients vous passent les commandes mais refusent de payer leurs factures. Les marchés s’attribuent par affinité. Les grandes entreprises cherchent à s’enrichir sur le dos des microstructures. Les impôts qui passent le temps à frustrer les petits entrepreneurs. Bref des difficultés sont nombreuses. Mais pour un entrepreneur sérieux tout ceci ne devrait pas être un frein car avant d’entreprendre on devrait s’apprêter à vivre ce genre de situation et venir avec un mental très fort pour dépasser ces problèmes qui sont vécues au quotidien par tout jeune entrepreneur.

+
Manu Dibango reçoit le prix Nuits d’Afrique pour la francophonie

Qu’est ce qu’il faut privilégier pour l’essor de l’entrepreneuriat dans le Nord Cameroun ?

L’accès au financement, des séminaires de renforcement de capacités d’entrepreneurs.

Quels conseils vous pouvez donner à ceux qui veulent entreprendre ?

Il faut oser, entreprendre c’est prendre des risques et qui ne risque rien n’a rien. Ne pas avoir peur, ne jamais se dire « je n’ai pas d’argent et j’attends un financement ». Non il faut commencer avec les moyens de bord. Personne ne va financer une entreprise qui n’existe que dans la conception ou sur papier. Il faut bien étudier son domaine avant de se lancer, se rassurer de sa compétence avant toute aventure, ne jamais se décourager par ce que nous avons un concurrent qui a beaucoup de moyens financiers et qui s’est déjà fait un nom sur le marché.

Il faut savoir que ce dernier a commencé petit. Il faut croire à son projet. Savoir que seule la confiance en soi peut permettre d’avancer. Les amis, les connaissances seront des obstacles et ferons de vous un sujet de moquerie par ce qu’ils ne vont pas croire en vous ou en votre projet sur parole. Savoir que le plus dur c’est commencer.

Entretient réalisé par Martin Yaoussia



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

× 4 = 16