Edouard Elvis Bvouma, prix rfi theatre 2017
Crédit Photo RFI. Edouard Elvis Bvouma
NEWSLETTER

Français     English

Share this

D‘un sourire radieux, Edouard Elvis Bvouma alias « Le Che » est vraisemblablement marqué par le prestigieux « Prix Théâtre RFI 2017 » qui vient de lui être décerné à Paris. Par son style soigné et trempée dans les racines africaines, l’auteur incarne déjà renouveau de la littérature camerounaise.

À 35 ans, le metteur en scène de théâtre opère une avancée décisive dans sa carrière. Edouard Elvis Bvouma a reçu plusieurs prix ces dernières années et le Prix Théâtre RFI 2017 vient sans doute illustrer qu’il est au sommet de son art. Un croisement de genre qui conforte la particularité de son écriture dramaturgique

« Parce que le monde de l’écriture est fait de la réalité et de la fiction. Je crée aussi un monde, mais je mélange les deux… Oui, j’aime bien croiser les univers, parce que c’est ça aussi la vie. »

dévoile l’auteur Edouard Elvis Bvouma.

TITRES / HEADLINES

Un rêve matérialisé

Le prix lui a été remis le dimanche 24 septembre à Limoges, lors du Festival des Francophonies en Limousin.

« C’est un rêve qui se concrétise. Être primé par un jury présidé par Dany Laferrière, un écrivain de renom, qui fait partie de mes écrivains préférés, c’est vraiment une très belle reconnaissance. Et que ce soit cet auteur-là qui préside le jury et qui me donne le Prix Théâtre RFI, alors là, je me dis, peut-être le hasard n’existe pas [rire]. »

a-il dévoilé à RFI. Le président du jury de la 4e édition, Dany Laferrière, a félicité l’auteur pour son texte « sans pathos qui allume une étincelle de sensibilité et de fraternité ». Portrait.

Théâtre démesurée

Son œuvre « La Poupée barbue » raconte l’histoire vertigineuse d’une jeune fille dans la tourmente entre la guerre et un viol collectif. A la guerre comme à la Gameboy, l’histoire troublante d’un enfant-soldat dont la seule échappatoire est de se confier à une petite fille encore plus traumatisée que lui. Le fait que la petite fille soit restée muette dans la pièce avait tourmenté l’auteur.

Écriture percutante

Selon RFI, la pièce lauréate d’Edouard Elvis Bvouma, La Poupée barbue, part comme une balle dans la guerre, sans avertir, sans réfléchir, sans trembler : « Ils étaient trois. Ils étaient laids. Ils étaient sales. Ils avaient des machettes. Des couteaux. Et des kalaches ». Une écriture franche qui tranche avec les contours politiste de certaines pièces hésitant à heurter les sensibilités pour susciter la prise de conscience recherchée par le théâtre de vérité.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

9 + = 19