Mora, soldat
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La scène de guère inhabituelle s’est déroulée dans l’après midi du 4 octobre 2017, à Bonderi dans l’arrondissement de Mora, région de l’Extrême-nord. Le chef de bataillon AYISSI 41e Bataillon d’Infanterie Motorisé (BIM), détaché commandant en second du sous-secteur S1 de la Force Multinationale Mixte en poste à Bonderi a été abattu par son élément. L’infortuné est mort sur le coup fatal tiré à bout portant.

Curieusement, le soldat 2e Classe WOUBOUNE, du 43e Bataillon d’infanterie motorisé, détaché à la Force multinationale mixte qui a tiré sur son chef s’est par la suite donné la mort de manière similaire. Les faits macabres se sont déroulés non loin de la brigade de Mora.

C’est le deuxième incident du genre en l’espace de quelques mois au sein des unités de nos forces de défenses en activités dans l’extrême-nord. Capitaine Ayîssi de Bonderi , ancien de la GP a ainsi perdu la vie non par l’arme de l’ennemie, les terroristes de Boko Haram, mais celui de son élément au niveau de Mora. La situation qui devient récurrente par ce deuxième acte interroge l’attitude des responsables des forces de défenses camerounaises qui pourraient être fautifs par leurs agissements de commandement des hommes. Aussi les spécialistes pointent du doigt la moralité des soldats d’où la qualité de l’enquête de moralité préalable a leur engagement.

Les corps des deux hommes des forces de défenses sont resté sur le lieux du crime de longues minutes pour les besoins de l’enquête ouverte par la gendarmerie.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

76 − 74 =