Home ChateauNews Entretien routier : le ministère des travaux public outille son personnel

Entretien routier : le ministère des travaux public outille son personnel

0
Entretien routier : le ministère des travaux public outille son personnel
Credit Photo : chateaunews.com

À l’initiative du ministère des travaux publics (Mintp), 30 personnels des travaux publics se sont mis la quête d’une meilleure qualité de route.
La qualité du réseau routier dans la perspective d’une bonne circulation. C’est la raison d’être d’un séminaire de formation sur l’entretien routier qui tenu depuis le 25 septembre dernier au centre des métiers et travaux publics de Garoua (CMTPG) à l’initiative du ministère des travaux publics(Mintp). Dans le viseur, la Coupe d’Afrique des Nations de football, Total 2019 dont la métropole régionale du Nord devrait accueillir des compétitions.

Mauvais état des routes

La Nationale no1 Garoua, Maroua et Ngaoundéré se trouve en très mauvaise état faute d’entretient. Même constat dans les autres régions du Cameroun. Les routes présentent un état de délabrement catastrophique avec de nombreux nids de poules. De plus en plus, les populations riveraines de la route passent le temps à ramasser le goudron et du gravier afin d’aller construire leurs maisons. D’autres profitent de cet amas du goudron pour se faire de l’argent en vendant aux potentiels chefs de chantiers qui en raffolent dessus à cause de son bas prix. C’est notamment le constat sur le tronçon Garoua-Figuil, Figuil-Maroua, Gouna-Ngaoundéré ou la situation est alarmante.

Mesures du Mintp

Face à ce constat, le ministère des travaux publics conscient de l’importance de l’entretien routier à entrepris renforcer les capacités de son personnel du Cameroun. Ils sont venus du centre, du littoral, de l’Est, du sud ouest, du nord ouest, de l’ouest et du grand-nord s’imprégner des techniques du suivi et du contrôle de la route. La nécessité de sensibiliser la population sur le bien fondé de la route figure aussi en bonne place. Cette formation pourra à son terme répondre aux attentes d’une catégorie de la population qui subit en quelque sorte les effets de la dégradation de la route.

« Après la phase dite théorique, il sera question pour les participants venus du Cameroun de passer à la phase pratique. Nous nous déporterons à Chonki Golombe avec les participants ou on va aller visiter la carrière qui n’est pas encore en exploitation. Puis l’équipe, va se déporter aux stations de paysage de Bounguel et Djabbel »,

a souligner Gaidi Adama, le responsable régional Nord du centre des métiers des travaux publics de Garoua.

Travaux pratiques

Pendant deux semaines, les participants à ces échanges vont toucher du doigt la réalité des problèmes qui affectent l’entretien routier. Cet apprentissage sur les stratégies de l’entretien routier vient ainsi à point nommé. « Une fois de retour dans le Mayo-Danay, nous allons tout mettre en œuvre avec les collectivités territoriales des mesures pour assurer l’entretien routier qui est un patrimoine à protéger » explique Djoboyna, délégué départemental du Mintp dans le Dayo-Danay. Au delà de l’aspect entretient de la route, la route demeure un facteur au développement d’une localité. Elle joue également un rôle important dans le développement économique en raison des activités économiques tout autour.

« L’entretient de la route occupe une place de choix dans une région ou localité. C’est un patrimoine à conserver, la route bien entretenue réduit les accidents causés par les nids de poule. L’etat d’une bonne route peut être un pole d’attraction des opérateurs économiques dans une localité pour un investissement. Prenons le cas de Touboro qui est à cheval avec la Centrafrique et le Tchad de ce coté le commerce de l’immobilier et le bétail prend une ampleur considérable. »,

a relevé Dubaidi Yves ingénieur des travaux publics de Ngaoundéré.