Dr Yaou Zakaria
Dr Yaou Zakaria
NEWSLETTER

Français     English

Partager cet article / Share this post
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ancien Directeur du centre médical et social de l’université de Ngaoundéré , Dr Yaou Zakaria prend la tête d’un secteur mal en point. La corruption qui règne en milieu hospitalière est dans son collimateur.

Huit (08) ans, c’est le temps qu’aura mis le Dr Hamadicko Harouna, le désormais nouveau ex délégué régionale de la santé publique pour l’Adamaoua. Le frais retraité de la fonction publique a cédé sa place lors d’une cérémonie de passation de service particulièrement courue. Raison : le futur patron de la santé publique dans la région de l’Adamaoua est un fils du terroir. Auréolé du statut de délégué régional le Dr Yaou Zakaria Alhadji est un Haoussa vieux de 67 ans qui est né à Banyo. Ce sexagénaire, l’air frêle mais jamais fragile a la solide réputation de la modestie d’apparence qui cache mal une volonté farouche voire un orgueil réel.

Titulaire d’un doctorat d’État en sociologie médicale le nouvel homme fort de la santé publique régionale prend ses fonctions dans un contexte marqué par un malaise et une confusion qui terni l’image du secteur sanitaire qui envoient des signaux inquiétants. Le gouverneur de la région Guildadi Taguieke Boukar s’exprimant à ce sujet n’a pas hésité à tirer la sonnette d’alarme.

« Nous avons été mis au courant des pratiques peu recommandable lié à la corruption qui ont fait leurs lis dans les hôpitaux. Des recommandations ont été donné au nouveau délégué régional afin de prendre des mesures adéquates pour parer à ce problème ».

Dans une région où le coefficient de confiance de la population locale à l’égard de la médecine moderne reste encore très bas où la tendance est à se faire consulter chez le guérisseur traditionnel, la santé publique doit opérer sa mue. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : un faible taux d’accouchement assisté à l’hôpital qui est de 40% et des perturbations fréquentes dans l’approvisionnement en médicaments dans les hôpitaux n’est que l’infirme partie visible. Le nouvel arrivant à fort à faire pour changer la donne, même s’il se dit confiant

« j’ai déjà pris le pouls et la température de mon nouvel environnement et je mettrai un accent particulier à l’amélioration de la carte sanitaire et l’accessibilité et la disponibilité des services. »

Installé dans ses nouvelles fonctions par le gouverneur de l’Adamaoua, il n’a pas droit au sommeil pour que le système de santé regagne la confiance des populations. Le septième délégué régional de la santé publique dans l’histoire de l’Adamaoua a été invité à rejoindre le club très restreint de l’amical des délégués régionaux et chefs des services autonomes. Le temps d’une journée pour que YAOU ALHADJI ZAKARI puisse connaitre son heure de gloire juste avant de retrouver la vraie réalité du terrain et la hauteur de la tâche qui l’attend. Et le maçon sera jugé au pied du mur.

VIENT DE PARAÎTRE...


journal numérique chateaunews

EN KIOSQUE (NOUVEAU)

Téléchargez et lisez le numéro 40 de votre Journal CHATEAUNEWS version digitale.

A la Une, Le prince du Sahel Babadjo au centre d'une polémique politique en pleine campagne électoalre ; Hommage à Kobe Bryant ; Un soldat du BIR enseignant bénévole, les radars fixes vandalisés,...

JE TELECHARGE

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

1 + 1 =