Crédit Photo : Eznez wilguette
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Deux ans avant l’accession à la souveraineté internationale, le Congo a été proclamé, le 28 novembre 1958, une République. Ce 28 novembre 2017, marque le 59ème anniversaire de ladite proclamation et une cérémonie solennelle a été organisée au rond point de la République (Ex CCF) sous le thème du Travail.

Ce 59ème anniversaire qui se célèbre dans un climat de crise, de récession, n’a pas empêché les congolaises et congolais de venir nombreux au rond point de la « place de République » pour fêter cette journée.

Aux rituels habituels, quatre moments forts ont ponctué cette célébration : levée du drapeau national ; allocution solennelle ; messages des enfants (03) et la décoration de quelques personnalités.

Dans son allocution, Alphonse Claude Nsilou a fait la chronologie de cette date. Il a rappelé la symbolique de la République :

« D’abord, ce que c’est que la République : des principes énergiques et féconds qui ont pour noms : égalité, justice, souveraineté du peuple. Ensuite : que notre République fut portée sur les fonts baptismaux dans un contexte tendu et douloureux ; que, malgré les vicissitudes et les aléas de toute sorte, notre chère République, comme le roseau de l’adage, jamais n’a rompu ; Enfin, la République du Congo, une et indivisible, a acquis au long de son existence, solidité et force durable. »

Célébrée sous le thème « le travail », cette journée a mis un accent particulier sur le mot-maître le travail. Et dans son discours, Alphonse Claude Nsilou a déclaré :

« Dès la genèse de la République, les pères fondateurs ont décidé que cette dernière devrait être portée par un mot d’ordre, une règle d’action, une dynamique de mobilisation dont le travail devait être le pilier majeur. C’est ainsi qu’a été conçue la devise officielle de la République du Congo : Unité-Travail-Progrès. Le travail dans l’unité, pour le progrès. »

Avant d’ajouter que

« En plaçant notre République sous le sceau du travail, les pères fondateurs avaient fait le pari de l’essentiel. »

Afin de savourer les délices du développement, il faut s’adonner à la religion du travail, travailler avec détermination et constance. C’est à cette obstination au travail que le peuple congolais a été invité, afin de poursuivre l’œuvre de développer le pays.

«…l’œuvre de développement de notre pays est titanesque. Elle nécessite encore et encore, beaucoup de travail à fournir, beaucoup d’efforts à déployer, beaucoup de sacrifices à consentir, particulièrement en ces temps de crise, en ces temps de récession, » a soutenu le ministre Nsilou.

C’est alors par le travail que seront vaincus la pauvreté, le chômage, bref le sous-développement. Il faut travailler, en combinaison avec les valeurs positives de la Nation congolaise, qui se résument, selon le Ministre Claude Alphonse Nsilou, en « la conscience, la responsabilité, la rigueur, la probité, le respect de la chose publique.»

Au demeurant pour conjurer la crise actuelle, il faut travailler, faire la promotion de la valeur du travail.

« Au cœur du succès de défi, se trouve le travail : le travail productif pour créer plus de richesses en élargissant notre base productrice et exploratrice… » Pouvait souligner Alphonse Nsilou, avant d’ajouter « le travail pour tous, pour cimenter la solidarité nationale, base déterminante de l’indispensable sursaut populaire. »

L’ensemble de la nation congolaise a été invité au culte du travail, du travail bien fait, avec foi et patriotisme.

« Puisque le travail est synonyme d’épanouissement personnel et collectif ; puisque le travail est le ferment du progrès, le catalyseur de l’affranchissement et de la renaissance des peuples et des nations, il n’y a que par lui, qu’en toutes circonstances, la République s’accomplira et s’affirmera. » Pouvait déduire le ministre Claude Alphonse Nsilou.

A noter que ce 59ème anniversaire de la proclamation de la République a permis de magnifier la République ; la République du Congo, fondée sur des principes énergiques et féconds d’égalité, justice et de souveraineté du peuple.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

× 6 = 48