Festival culturel Yelwata
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 2 min

Plutôt que de mobiliser, le Festival culturel Yelwata de Maroua 1er divise au sein de la commune. Les voix discordantes se font entendre entre le Maire et les conseillers municipaux de la commune d’arrondissement de Maroua 1er sur l’organisation de la 5ème édition de l’événement prévu du 27 au 31 décembre à Maroua.

Ces derniers contestent l’organisation du festival culturel Yelwata. Dans une lettre adressée à Hamadou Hamidou, Maire d’arrondissement de Maroua 1er, Ibrahim conseiller municipal et grand conseiller exprime son désaccord vis-à-vis de l’organisation du festival culturel Yelwata.

« J’ai écrit cette lettre en tant que conseiller municipal pour exprimer mon désaccord sur l’organisation de Yelwata cette fin année car la commune a d’autres problèmes plus importants à régler. Si l’administration se permet d’organiser cette fête, nous on ne peut pas l’empêcher. Mais s’il y’a d’éventuelles paniques ou si un quelconque incident survient, les responsables auront été avertis. »,

défend l’auteur du document daté du 07 décembre 2017.

Comme l’initiateur de la lettre à l’origine de la polémique autour de Yelwata 2017, plusieurs citoyens de la métropole régionale de l’Extrême-nord pensent que Hamadou Hamidou, Maire d’arrondissement de Maroua 1er organise ce festival pour promouvoir son image et défendre ses intérêts égoïstes au détriment du bien-être des populations qui l’ont portées à ce poste. Dans les couloirs de la commune, les conseillers municipaux dénoncent le fait que

« le maire gaspille d’importante somme d’argent alors que la ville est en manque de routes, d’eau potable, d’électrification… ».

Dans le sillage du grand conseiller Ibrahim, certains conseillers municipaux de l’opposition avaient aussi marqué ouvertement leur désaccord à travers une lettre adressée au chef de l’exécutif communal il y’a quelques semaines.

>>
Il chute d’un manguier et meurt de négligence à l’hôpital

Selon une source à la commune d’arrondissement de Maroua 1er, le Maire se fait beaucoup d’argent en organisant cette fête.

« Hamadou Hamidou ne peut pas organiser le festival culturel Yelwata quand il a moins de trente million dans les caisses. Ils ont organisé des comités pour faire les quêtes chez les élites de Maroua, Douala, Yaoundé… »,

a déclaré la source.

Selon elle, le Maire ne se soucie pas de la sécurité des individus et signe mordicus de la tenue du festival parce qu’il y’a beaucoup de partenaires pour organiser Yelwata. Allusion ainsi faite du programme d’appui aux initiatives communautaire (PAIC). Ce programme américain selon notre source a financé les 3/4 des activités.

La grogne va grandissante autour de la tenue prochaine de Yelwata acte 5. Les regards sont désormais tournés vers les autorités. Seulement plusieurs personnes proches du dossier n’attendent pas le miracle des autorités locales.

« Le Maire Hamadou Hamidou est certainement parrainé par les autorités administratives à l’instar du Gouverneur de la Région de l’Extrême-nord et le préfet du Diamaré parce que ces derniers auront les retombées de l’organisation du festival prochaine »,

déclare sous anonymat un résident de Maroua. D’autres vont plus loin dans l’évocation de la situation délétère qui prévaut.

« Tout le monde est contre l’organisation du festival culturel Yelwata. Parce que c’est n’est pas la priorité pour le moment. Et comme ce maire a les autorités administratives dans sa poche, on va faire comment ? »,

déclare un militant du partie de la flamme de Maroua.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

15 + = 19