foire à bétail
Credit Photo : Boubakary Moussa
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Pour faire face à la demande de plus en plus croissant en produit animal, un méga projet d’un coût d’environ 70 milliards de Francs CFA est sur le rail. Le PRODEL (projet de développement de l’élevage) a été lancé en marge de la 4ème édition de la foire à bétail de Ngaoundéré.

prodel
Credit Photo : Boubakary Moussa

La foire à bétails baptisée « Djoulde dabaji » en dialecte local fulfulde, a servi de tremplin au Ministère de l’élevage des pêches et des industries animales pour vendre à la population locale le projet de développement de l’élevage (PRODEL). Ce projet dont le coût global est estimé à 134 millions de dollars soit plus de 70 milliards de francs CFA est un fruit du partenariat entre la Banque Mondiale et le Gouvernement Camerounais. Il s’agit du plus gros investissement jamais réalisé en Afrique sub-saharienne dans le domaine de l’élevage dont l’objectif est d’accroitre la productivité de l’élevage et d’améliorer la compétitivité du secteur.

Les acteurs de l’élevage au Cameroun principaux bénéficiaires apprécient diversement cette solution du gouvernement.

« Aujourd’hui l’élevage camerounais est à une étape crucial de son existence. Il fait face à des nombreux problèmes parmi lesquelles la réduction d’espace de pâturage, les pathologies récurent et le manque de financement. On a besoin d’une banque spécialisée pour cela. Le PRODEL est une solution certes originale pour combler le déficit mais elle ne peut apporter que des issues alternatives. »

relève BOBBO BAKARY, président de la confédération nationale des éleveurs au Cameroun.

Au Cameroun l’élevage emploi 30% de la population active. Dans sa partie septentrionale, ce taux peut être revu à la hausse. A Ngaoundéré capitale par excellence de la race bovine Goudali, le taux de la bancarisation est de plus bas, ici règne la culture du cash. Une barrière suffisante pour des potentielles bénéficiaires.

« Le financement se fera sous forme de prêt avec contrepartie. L’Etat apportera 60%, la banque partenaire 30% et le bénéficiaire apportera 10%. Le maximum par bénéficiaire ne peut dépasser 75 millions de FCFA »,

rassure le directeur de Prodel, Abouame.

Les secteurs privilégiés du projet sont l’élevage bovin, le petit ruminant et la volaille. Le PRODEL cible aussi bien les petits moyens que les grands producteurs. La durée de ce projet est de 6 ans afin de permettre la réalisation du saut du traditionnel vers la modernité. Ce projet survient au moment où l’élevage au Cameroun traverse une crise suite à l’insécurité.

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 × 1 =