Home À la Une Politique Paul Biya, discours de fin d’année 2017 : Des mesures en deçà...

Paul Biya, discours de fin d’année 2017 : Des mesures en deçà des attentes

paul biya
Credit Photo : prc.cm

Fortement attendu après une année difficile pour les citoyens qui ont subit de plein fouet la crise, le discours du Chef de l’État Paul Biya, apporte très peu de solutions concrètes. Retour sur quelques idées fortes et réactions des compatriotes.

Heureux est de constater que malgré les tensions vécues par les camerounais, le Président de la République Paul Biya est au fait de la volonté manifeste des camerounais de préserver l’héritage de l’unité nationale. La stabilité des institutions face aux nombreuses menaces sécuritaires et la crise internationale ne sont pas de nature à détourner les concitoyens de cette aspiration qui leur est chère. Seulement devant les difficultés rencontré par bon nombre de camerounais, des frustrations persistent au sein des couchent sociale qui acceptent très mal la gabegie économique et la bourgeoisie administrative qui se vit. La mal gouvernance ambiante se répercute sur le pouvoir d’achat de la ménagère. Les tensions de trésorerie actuelle attestent de la mauvaise santé économique qui interpelle le sens du patriotisme de nos administrateurs et fonctionnaires. A Paul Biya de préconiser la rationalisation des dépenses publiques.
L’un des freins à la relance économique qui est la dette publique devra être purgé en faveur des PME ce qui ne pourra qu’améliorer l’investissement autant que l’accélération des chantiers engagés.

L’accès au crédit bancaire envisage si cela pourrait se concrétiser a court terme ne pourra que renforcer la prospérité économique. Une relance que pourrait conforter l’entrée en activités du port en eau profonde de Kribi. Les populations sans cesse en attente de bien être peuvent se contenter des services sociaux de base sur le plan sanitaire et éducatif. Bien qu’il y ait des soucis criards en termes de couverture sanitaire surtout à noter la défaillance du plateau technique. La densification de la carte scolaire et a moyens termes la construction des grands projets viendrait soulager en partie ses attentes. Il faut noter ici la résilience de l’économie locale.

Avec son taux de scolarisation de plus de 60%, la jeunesse diplômée et non scolarisée aspirent à de l’emploi décent. Dynamique et déterminé à tracer sa voie, la jeunesse se fraie un chemin dans divers domaine dont les mérités sportifs ont été salué par le père de la nation. A ce niveau également, les moyens techniques adéquats et cadre de formation appropriées restent très insuffisants. Il reste à espérer que l’organisation en perspective de la CAN 2019 de football viendra apporter une embelli dans le développement du sport.

La question sécuritaire avec son incidence sur la production agricole, les activités économique et le développement durable. Le Cameroun pour assuré la poursuite des activités de doit relever le défis sécuritaire relevé par Paul Biya. La vaillance des forces de maintien de l’ordre. La crise des régions anglophones et les violences observées dans plusieurs régions laissent naitre des dérivés à décrier. Seulement il faudrait relever que l’insécurité est entretenue par la précarité des populations. Certes le maintien de l’ordre doit se poursuivre sans relâche et sans excès relève le chef de l’État pour éviter les alertes des organisations internationales sur les dérapages des droits de l’homme des forces de sécurité. Une des solutions à cette préoccupation la solution miracle inclusive est une commission du Bilinguisme et du Multiculturalisme qui devrait prouver son bien fondé. La promotion du vivre ensemble, du dialogue constructif passe forcément par l’efficacité des solutions préconisées. Il est facile de faire le lien entre la situation sociale des camerounais dans leur immense généralité et le respect des institutions républicaines. Mais alors la mal gouvernance actuelle qui plombe la gestion des affaires local, d’où l’accélération de la décentralisation et l’autonomisation du fonctionnement des régions par des mesures concrètes prévues par la constitution. Pour Paul Biya pas de solution miracle que celui d’œuvrer ensemble pour que le Cameroun prospère. Cependant les brebis galeuses maintiennent le blocus dans le processus d’émergence engagé.