NEWSLETTER

Français     English

Share this

La Ligue pour la Didactique de l’Éducation à l’Environnement et au développement Durable (LIDEE) en partenariat avec l’Union Européenne a mobilisé pendant deux jours les maires sur la collecte et la budgétisation des redevances minières.

Renforcer la collecte des redevances minières et garantir une bonne répartition sociale des revenus collectés pour l’amélioration des conditions de vie des populations riveraines des sites minières. Tel était l’objectif de l’atelier de formation des exécutifs communaux et agents des recettes municipales, sur les stratégies de collecte et de budgétisation des redevances minières.

La rencontre initié du 15 au 16 février 2018 par le Projet d’appui à l’amélioration de la gouvernance dans la gestion des redevances minières dans sept communes de la région de l’Adamaoua, financé par l’Union Européenne, vise a doter les parties prenantes de stratégies efficientes en matière de gouvernance minière.

Partant du constat que les populations riveraine croupissent dans une misère abjecte alors qu’elles sont assis sur une richesse inestimable d’une part et le déficit qu’accusent les communes en matière de collecte et de budgétisation des redevances minières d’autre part, l’acteur de la société civile veut inciter les exécutifs municipaux à sortir de l’impasse.

« Il faut outiller les différents chaînes intervenant dans le processus à mieux tirer profit de la présence des ressources du sous-sol que regorge leurs localités »,

précise Mathieu Nongni coordonnateur du projet.

La présence des maires, secrétaires généraux, receveurs municipaux aux côté des artisans révèle la nécessité pour les communes d’accroître les ressources propos dans le processus de décentralisation en marche au Cameroun.

Entre encadrement juridique du secteur minier ; modernisation de l’artisanat minier ; transparence dans l’activité et meilleur appropriation des stratégies, les remèdes sont nombreuses mais pas forcement très facile à appliquer.

« Aujourd’hui avec la découverte des mines dans notre sous-sol, nous sommes envahis par des magouilleurs de tous genre aiguise, ce qui nous complique davantage la tache nous avons sans doute entre les mains une igname chaud »,

a déclaré le Maire de MBE.

D’où la nécessité de prendre les devant afin d’éviter, la contagion de la malédiction des ressources que connaissent nombre des pays africains.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 1 = 1