procès dabira
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 2 min

Le procès Dabira, lentement et sûrement, tire vers la fin. Suspendant l’audience de ce vendredi, 18 mai 2018, le président de la Cour, Christian Oba a annoncé les plaidoiries des avocats et les réquisitions du ministère public pour le 19 mai. Le verdict de ce procès ne serait donc plus qu’une affaire d’heures.

En sa 4ème journée du procès Dabira, ce 18 mai 2018 a été consacré à l’audition de la bande audio et de la déposition du Ministre de l’intérieur, Raymond Zephyrin Mboulou cité aussi bien par l’accusé Norbert Dabira que par le témoin de l’accusation, Nianga Ngatsé Mbouala.

L’audition de la bande audio contenant la conversation entre Nianga Mbouala et Nianga Mbouala a constitué l’un des moments forts de cette quatrième journée du procès. A l’issue de cette audition, le témoin de l’accusation  a reconnu sa voix et celle de son interlocuteur, l’accusé Dabira. Il s’est agit d’un échange entre les deux généraux, portant sur la définition des contours du complot contre le Chef de l’Etat. Reconnaissant sa voix, l’accusé a cependant mis en doute l’authenticité de ce document sonore.

L’autre moment fort de la journée aura été l’audition de la déposition écrite du Ministre de l’intérieur, Raymond Zephyrin Mboulou. Il en est ressorti que celui-ci, 27 novembre 2017, Norbert Dabira avait tenu des propos durs, teintés de haine, à l’encontre du Président de la République. Cette déposition a cependant relevé que Norbert Dabira n’avait jamais dit qu’il travaillait pour l’Amiral Jean Dominique Okemba. Le texte rendu public par le greffier audiencier a, toutefois, souligné que le général Dabira était assez laudatif à l’égard de l’amiral Jean Dominique Okemba qu’il qualifiait de généreux à son égard, contrairement au président de la République.

Le Ministre Mboulou a précisé, dans sa déposition que le général Dabira avait reconnu les faits qui lui sont reprochés, tout en mettant à la disposition de la Cour le contenu de ses aveux présents dans les deux procès-verbaux respectivement des 5 et 16 décembre 2017, relatant toute la vérité sur cette affaire.

>>
Procès Mokoko : 20 ans de détention criminelle pour le Général Mokoko et les co-accusés

Le procès-verbal de l’audition du ministre a, également, révélé les correspondances du général Dabira dans lesquelles, il demandait pardon au chef de l’Etat. Il s’est même agenouillé

« devant moi pour me supplier d’arrêter cette affaire. Il implorait le pardon du chef du chef de l’Etat »,

a affirmé le ministre Mboulou à travers sa déposition.

Selon la même déposition, la réception des deux généraux, Norbert Dabira et Nianga Mbouala s’était déroulée en présence du général Philippe Obara, Directeur général de la surveillance territoriale.

Le procès Dabira a clôturé la phase des débats pour amorcer le dernier virage qui sera consacrée aux réquisitions et aux plaidoiries.

Rwanhe Darwin



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

2 × 5 =