Home À la Une Politique Adamaoua : 15 894 cartes électorales en chômage

Adamaoua : 15 894 cartes électorales en chômage

ELECAM Adamaoua
Crédit Photo : Boubakary Moussa, pour chateaunews.com

Le démembrement d’Election Cameroun Adamaoua vient de rendre public les opérations de révision de listes électorales à la date du 30 mai 2018. Sur 462 058 cartes électorales reçues, 446 164 ont trouvé preneurs soit un taux de distribution de 96.56%.

La Délégation Régionale ELECAM Adamaoua ne brille pas par son efficacité. Contrairement à d’autres régions à l’instar de l’Extrême-Nord dont les chiffres sont excellents. Si elle peine à faire enrôler des nouveaux électeurs, elle ne réussit pas non plus à se démarquer dans la distribution des dites cartes.

Au soir du 30 mai 2018 le tableau de bord affiche 18 243 nouveaux inscrits dont 6 886 femmes et 11 357 hommes. Les jeunes de moins de 35 ans devancent leurs aînés, ils sont 13 121 contre 5 122 pour les plus de 35 ans, alors que 20 handicapés ont été enrôlés. Le Département de la Vina vient en tête avec 10 958 nouveaux inscrits loin derrière le Faro et Déo et ses 1 156 qui occupent la queue du classement.

Signe du malaise et de la confusion qui règnent au sein de l’antenne ELECAM Adamaoua, le délégué Régional a préféré bouder les assises de la réunion de la coordination administrative et technique, présidée par le Gouverneur. Alors même qu’il était attendu pour faire un rapport complet sur les opérations en cours. Si ELECAM a sa part de responsabilité dans cet échec à cause de son immobilisme et opacité, la grande faute revient aux élites et partis politique de la région.

« Ici dans l’Adamaoua, les gens croient qu’ELECAM à lui seul doit tout faire pour enregistrer les électeurs alors que tout le monde devrait s’impliquer dans le processus. Nous regrettons ce manque d’engagement de la part des élites et des partis politiques »,

déclare un membre, en réfutant la responsabilité de son employeur.

En outre depuis le début de l’année, la Région a enregistré la modification de 1 501 cartes et 418 radiations. Dans un contexte où Abdoulaye Babale vient d’être limogé à la tête du conseil électoral pour sa gestion obscure et désastreuse des ressources humaines et financières, le nouveau Directeur Erik Essousse aura fort à faire devant la timide affluence pour retirer sa carte électorale.

« Nous avons même requis l’aide des imams pour faire passer des messages dans leurs prêches, dans le but d’amener les gens à venir retirer leurs cartes »,

admet un responsable rencontré.

Si le retrait de nouvelles cartes électorales bat de l’aile dans l’Adamaoua, c’est en grande partie à cause de la fissure du contrat de confiance entre le citoyen et la chose politique.