À la Une Actualités Extrême-Nord - Kouyapé : Boko Haram cambriole les habitants

Extrême-Nord – Kouyapé : Boko Haram cambriole les habitants

-

- Advertisment -

Des pillages à répétitions sont orchestrées dans les villages par la nébuleuse terroriste au centre de cette région réputée être la plus belle du Cameroun.

Boko Haram change de fusil d’épaule. Le groupe du tristement célèbre Abubakar Shekau opère une conversion dans ses exactions criminelles contre les populations civiles. Sans avoir renoncé aux attentats suicides, la secte est passée de groupe paramilitaire à celui de contrebandier. Les kidnappings suivis de demande de rançon, les vols de bétails sont les habits neufs des terroristes. La situation sécuritaire qui reste volatile et les incursions récurrentes continuent de sevrer les populations qui constituent des cibles, des proies faciles. Ce changement de tactique reflète la décimation du groupe sur les sommets du Mont Mandara.

Dans la nuit du vendredi à samedi dernier un groupe d’hommes armés jusqu’aux dents fait irruption dans le village de Kouyapé. Dans leurs élans, Ils dépouillent les populations de tout ce qu’elles possèdent.

« Nous avons été réveillé vers 23 heures par des hommes inconnus portants des armes à feu, ils nous ont trainé dans la cours et nous menaçaient avec leurs fusils. Ils nous ont tous pris nos vêtements, nos bijoux, nos animaux et même nos aliments et nourritures. Après leur forfait nous avons appelé les militaires qui ont réussis à nous ramener nos chèvres »,

indique Oumarou Bouba victime. La secte Boko haram est aujourd’hui à l’agonie et survit grâce aux rançons, extorsions, vols et trafics de tout genre.

Le groupe terroriste considéré par les observateurs comme étant le plus meurtrier, est traqué par la coalition d’armées Camerounaise, Nigériane et Tchadienne jusqu’à ses derniers retranchements. Mais ses combattants restent actif malgré les efforts louables des armées des trois pays au front. Plusieurs victimes sont à déplorer et beaucoup restent à libérer. Une captive, nous raconte son calvaire,

« J’ai été retenue dans un grand village, situé au milieu des montagnes. Il y avait beaucoup de personnes et tout le monde s’habillait en noir, les femmes chantaient les louanges et encourageaient les combattants qui partaient en opération »,

raconte Haoua Boulo, ex otage. La secte qui faisait régner la terreur est aujourd’hui réduite à des actes de cambriolage. On savait Boko Haram terroriste la voici pillard.

blank
Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.

LES PLUS LUS

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you

×