Société Divers Maroua : Mouvement d'humeur des gardiens de prison

Maroua : Mouvement d’humeur des gardiens de prison

-

- Advertisment -

Le traitement à eux réservé par le régisseur et l’intendant alimente les frustrations de ces geôliers qui en appellent à l’intervention de l’administration.

Cela n’est plus un secret de polichinelle, les gardiens de la Prison Centrale de Maroua sont traités de la pire des manières au rang de la bestialité humaine. Eux qui sont au nombre de 150 personnels pénitenciers et qui encadrent plus de 1745 détenus. Une dizaine d’entre eux dénoncent un traitement indigne de la part de leurs supérieurs hiérarchiques. Des frustrations alimentées ces derniers jours suite à la dégradation de leurs conditions de travail dans ce centre de détention. Dans cette course effrénée de laxisme des administrateurs de la prison, c’est l’intendant Balla Mbarga Jean Marie qui est pointé du doigt. Il est accusé par ses détracteurs de se prendre pour un tout permis et d’agir avec des partisans qui le soutiennent.

« Pour être en paix avec eux, il faut monnayer et ses partisans sont là pour leurs donner des informations sur tout ce qui se passe vis-à-vis de leurs collaborateurs. Ils observent tous les mouvements et rendent compte »,

indique notre source sous anonymat.

Cependant, des engueulades suivies des punitions (consigne) sévères sont infligées à l’endroit des gardiens. Ceci allant de trois à 10 jours apprend-on. Et la personne consignée n’est pas permise de traverser le seuil du portail même pour se mettre quelque chose dans le cornet.

« Rester affamé pendant des jours parce qu’on est consigné parfois pour des histoires à dormir débout, juste pour un règlement des comptes, n’est pas normale. Ce qui n’est pas chose facile à accepter »,

explique un gardien en furie. Et pour plus d’information, ces geôliers sont en grand nombre à demander une affectation afin de s’éloigner de l’Intendant Mballa Mbarga Jean Marie qui selon nos sources serait soutenu dans sa campagne par son Régisseur Joseph Simon Piere Ayissi Biyégué.

Ce faisant, joint au téléphone par le reporter de votre journal, le patron de la prison Centrale de Maroua a confirmé les pratiques infligées aux gardiens de prison centrale de Maroua par leur supérieur.

« L’intendant est un personnel de l’Administration et assure le suivi et le gardien des Prisons est là pour exécuter les ordres. Toutefois, les consignes sont acceptées et quand ça va au-delà, ces gardiens des prisons sont mis en prison pendant des jours, ceci fait partie de la loi et le gardien qui n’est pas content de subir des consignes de cet intendant n’a qu’à démissionner »,

a soutenu le régisseur. Par ailleurs, des sources bien introduites indiquent que la vraie correction infligée aux gardiens de cette prison n’arrive que lorsque le Régisseur est en déplacement.

Pis, cette situation ne s’arrête pas seulement aux punitions observées, les gardiens sont aussi en branle-bas, se bouffent mutuellement le nez, se bousculent même parfois pour ne pas dire qu’ils sont à la limite de la bagarre. Cette ambiance de pétaudière serait orchestrée par cet intendant très regardant dans les tâches données aux moins gradés que lui. Une situation qui envenime les relations entre prisonniers et goumiers.

« En regardant l’atmosphère délétère entre nous, il y a des prisonniers qui nous manquent de respect et refusent parfois de s’exécuter. C’est dangereux dans un milieu carcéral lorsque les prisonniers ne craignent pas ou méprisent les gardiens alors que nous devons rester professionnels et solidaires »,

confie un gardien.

Plus grave encore,

« la prison Centrale de Maroua est un centre pénitencier spécial qui regorge des délinquants de tout ordre qui sont susceptibles à tout moment de faire gaffe. Il y a donc lieu de traiter avec un peu de sérieux ceux qui exercent directement cette lourde et délicate tâche, que sont les Gardiens de Prison »,

croit savoir un agent pénitencier à la retraite. Dans cette affaire où les gardiens victimes menacent d’entrer en grève, le délégué régional de l’administration pénitencier pour l’Extrême-Nord a été maintes fois saisi sans suite. Ce dernier n’a daigné apporter de réponse à leur sollicitation. Déjà, les gardiens le considèrent comme impliqué dans des pratiques dont ils font l’objet. A la prison Centrale de Maroua, la menace d’une grève est palpable au vu de la dégradation de l’ambiance entre les gardiens de prison et leurs chefs hiérarchiques. affaire à suivre !

F. Ndabo

blank
chateaunews.comhttps://chateaunews.com
La rédaction de www.chateaunews.com

Les Plus Lus

En ce moment...

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you