Photo de famille, Ministre et administration
Photo de famille à Ngaoundéré, Ministre et administration. Crédit photo : chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Flanqué d’une importante délégation officielle, le patron de l’administration territoriale vient de séjourner dans le Château d’eau du Cameroun. Les vociférations du Ministre ont irrité une partie de la population et pour cause.

Il ne se passe plus une semaine sans que les preneurs d’otages ne terrorisent les éleveurs de la Région de l’Adamaoua. Et pourtant le Ministre de l’Administration Territoriale n’en démord pas :

« depuis un certain temps et grâce à l’efficacité et au professionnalisme des forces du maintient de l’ordre, ils ont pu neutraliser des gangs dangereux qui procédaient au kidnapping et demandaient des rançons. »

Le triomphe sans emphase de retour au calme est fortement contredit par la situation telle qu’elle est. Les anecdotes dramatiques des éleveurs contraints de quitter leurs pâturages pour se réfugier en ville démentent fortement les vociférations du Ministre.

La ville de N’Gaoundéré se remet à peine de la tragédie du petit Awalou qui a été décapité par ses kidnappeurs. Un élément du BIR est toujours en soins intensifs après avoir été grièvement touché par les coupeurs de routes. La ville est sous le joug des preneurs d’otages et la population est désemparée. Le gouvernement observe la situation sous le prisme de la fantaisie :

« l’armée a réglé le problème d’une manière chirurgicale »,

déclare Paul Atanga Nji. Sur le terrain quand les militaires passent, les coupeurs de routes trépassent en semant sur leur passage, tristesse et désolation.

Le Gouvernement, part du postulat que les coupeurs de route ont été vaincus et que le calme est revenu. Pourtant, les capacités de nuisance des coupeurs de route demeurent intactes :

« les populations sont protégées par des forces de sécurité et les preneurs d’otages sont neutralisés »,

se glorifie le Ministre.

« Pour venir à bout de cette horde de criminels, il faut mettre en place un plan d’action, des projets et une stratégie claire si non, même la plus grande, la plus puissante, la plus équipée et la plus aguerrie des armées ne peut faire grand-chose. Et pour l’instant ce n’est pas le cas »,

observe un enseignant de la place.

Passé maître dans l’art du blanchiment politique, Paul Atanga Nji ne cesse de surprendre par ses louanges répétées à l’endroit du Chef de l’Etat. Le laudateur du Président de la République qui est considéré comme le prochain Premier Ministre, ne fait pas les choses à moitié. Le patron de l’Administration Territoriale s’est illustré à N’Gaoundéré en citant le nom du Chef de l’Etat à 8 reprises l’ors d’une interview qui a durée à peine 3 minutes. Un record ! Même Issa Tchiroma Bakary, le trépident Ministre de la Communication ne peut espérer faire mieux.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

5 + 2 =