Home Société Divers Bétaré-Oya : Les Chinois font-ils dans le trafic d’enfant ?

Bétaré-Oya : Les Chinois font-ils dans le trafic d’enfant ?

betare oya

Implantés dans cette zone riche en minerais précieux, les citoyens de l’empire du milieu s’adonnent à toute sorte de trafic répréhensible par la loi. Récemment, ils sont accusés par les habitants de Ndokayo d’alimenter unréseau de trafic d’enfant.À Ndokoya, petite localité de la région de l’Est situé dans l’arrondissement de Bétaré-Oya, les paisibles habitants n’en reviennent pas. Certains chinois, installés à Bétaré-Oya sont accusés d’alimenter un réseau de trafic d’enfant grâce à un réseau de prostituées.

« C’est la disparition d’un enfant d’environ 2 ans qui a alimenté nos soupçons. Après plusieurs jours de recherche veines de l’enfant avec les membres de sa famille, nous avons alerté les autorités. Nous avons suspecté une prostituée d’être impliquée et l’avons dénoncés »,

déclare une source locale sous anonymat.

La présumée trafiquante s’appellerai Tistel, une femme de petite vertue bien connue dans la localité. Interpellée et interrogée par les fins limiers de la brigade de gendarmerie de la ville elle va avouer avoir vendu le jeune enfant disparu aux chinois. Suite à une investigation conduite par les éléments du GPIG, une visite sur les installations de la compagnie chinoise exploitant l’or permet de vérifier la véracité des faits.

« Le gardien de la structure mis aux arrêts en l’absence des propriétaires confirme avoir vu l’enfant »,

confie un témoin.

La disparition de cet enfant âgé d’environ 2 ans n’est que l’arbre qui cache la forêt. On apprend que six (06) autres enfants sont portés disparus dans la même localité. Tous les soupçons sont dirigés vers les chinois. Les chinois déjà mal vus par les populations qui les taxent d’envahisseurs. La disparition des enfants jette de l’huile sur le feu et empoisonne les rapports déjà mal en point entre les deux communautés.

« Quand ils débarquent ils achètent et s’accaparent de tous les sites d’exploitation des mines d’or, ils installent leur matériel avec des gardiens, parfois c’est l’armée qui assure leur sécurité. En fait, ils se comporte comme des véritables impérialistes »,

dénonce un habitant. Qu’est-il advenu des enfants portés disparus ? C’est la grande interrogation que devra résoudre les enquêteurs. Une énigme renfermée dans un grand secret.