cacao
NEWSLETTER

Français     English

Partager/Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La culture du Cacao regagne du terrain dans les localités de la Région du Soleil levant après une chute de régime au niveau national dû au faible coût d’achat. Devant l’engouement désormais perceptible dans les plantations, les autorités tiennent à veiller sur la qualité et la rentabilité du Cacao camerounais.

L’assise tenue le 12 septembre 2018 dans la salle des Actes de la Mairie de Yokadouma vise pour objectif d’évaluer le processus de commercialisation du Cacao dans le Département de la Boumba-et-Ngoko et proposer des idées pour assurer une meilleure campagne cacaoyère 2018 -2019 en cours.

cacao assise, yokadouma
Crédit photo : Patrick Bomba

Opportunité pour le Préfet du Département de la Boumba-et-Ngoko en concertation avec son équipe, d’inviter les cacao-culteurs d’opter pour la vente groupée de leurs produits.

« La mise en pratique des marchés groupés dans l’ensemble du Département permettra de mettre hors  de circuit de commercialisation les opérateurs véreux qui sillonnent les campagnes  à la recherche de la fève du Cacao sans préoccupations de la qualité. Elle permettra également la maîtrise des statistiques de commercialisation, l’amélioration de la qualité sanitaire et phytosanitaire du Cacao mis en marché par les producteurs du Département et partant de là, celle du label Cameroun. » ,

formule Valeri Norbert KUELA, Préfet du département de la Boumba et Ngoko.

Le marché du Cacao n’est pas toujours régulé. La vente illicite des productions dans le Département de la Boumba-et-Ngoko demeure un véritable serpent de mer.  La Délégation Départementale du Commerce à travers ses équipes se déploie sur le terrain à l’effet de contrecarrer ce fléau.  Malgré la  batterie de mesures (sensibilisation des producteurs sur les textes qui régissent ce secteur d’activité), les résultats visés restent difficilement atteints.

« Au regard des  statistiques (plus de 8 538 tonnes de Café officiellement commercialisées dans la Boumba-et-Ngoko pour lannée 2017-2018), il est impérieux de veiller au respect des obligations liées aux opérations de commercialisation, de veiller au respect des exigences de qualité du Cacao, à  l’application effective des sanctions à tous les contrevenants. Il faut également assurer le désenclavement des bassins de production, l’octroie des moyens financiers et logistiques aux structures chargées du suivi de cette activité pour garantir les conditions essentielles d’une profitabilité partagée, des activités cacaoyères »,

affirme Emmanuel Blaise Mimbala, Délégué Départemental du Commerce de la Boumba-et-Ngoko.

Pour y parvenir, les producteurs de Cacao de cette partie du pays,  devront exorciser leurs propres démons. Précisément, ils devront  lutter contre la pauvreté et la précarité  extrême des planteurs qui les poussent à placer sur le marché et au  premier venu, des fèves humides et mal conditionnées. Bien que très méfiants à l’idée des retenues à opérer lors des ventes groupées, ils devront comprendre  que ces  retenus  constitueront un fond de caisse pour le fonctionnement de la coopérative. Bien plus,  les producteurs deCacao devront surtout éviter le “Yana” (pratique locale qui consiste à faire louer son champ de Cacao avant la récolte à un prix dérisoire).  Une situation qui maintient le planteur dans un état de paupérisation permanent.

Pour justifier leurs participations à ces pratiques illicites, les acheteurs  présents à cette assise ont évoqué les multiples  tracasseries de route pour l’acheminement du Cacao de la Boumba-et-Ngoko à Douala. En guise de réponse, le Préfet de la Boumba-et-Ngoko a instruit aux services de Commerce et de l’Office Nationale du Cacao et du Café (ONCC) de produire la liste des pièces exigibles à mettre à la disposition des acheteurs. L’occasion a même été donnée au Chef d’agence ONCC de Yokadouma d’exposer sur le cadre législatif légal de la commercialisation du Cacao.

Patrick. B. bomba

EN KIOSQUE


journal chateaunews

Lisez et TÉLÉCHARGEZ le numéro 57 de votre Journal digital CHATEAUNEWS

La fête de fin de Ramadan 2020 a connu une ambiance particulière. L’Aïd el Fitr s’est déroulé sous précautions du COVID-19....

TELECHARGER

VOIR TOUTES LES ÉDITIONS