À la Une Actualités Cameroun - Crise Anglophone : Amnesty International dénonce les...

Cameroun – Crise Anglophone : Amnesty International dénonce les violences des séparatistes Ambazoniens

-

- Advertisment -

La multiplication des conflits violents et accrochages armés dans les régions anglophones avec de nombreuses victimes provoquent la réaction officielle de l’ONG des Droits de l’Homme qui s’inquiète de cette escalade de tension à la veille de l’élection présidentielle au Cameroun.

Une fois n’est pas coutume, la monté en puissance de la crise dite anglophone fait réagir l’ONG Amnesty International. Dans sa dernière sortie, les responsable dénonce les crimes commis par les membres du groupe des séparatistes armés “Ambazonia Liberation Forces” sur des forces de sécurité camerounaises. La réaction rendue publique s’appuie sur deux vidéos reçues montrant des séparatistes anglophones ayant décapités un gendarme dans la région du Nord-Ouest.

Les vidéos authentifiées par les experts médico-légaux d’Amnesty International font selon les responsables, la lumière sur l’escalade de la violence en zone anglophone du Cameroun. Selon l’ONG, les vidéos auraient sans certitude aucune été tournées dans la localité de Belo (Nord-Ouest), théâtre de nombreux accrochages armés, tout en étant inquiète de la tournure désespérée que prend cette crise, à quelques jours de l’élection présidentielle. Selon Samira Daoud, Directrice Régionale Adjointe de l’ONG en Afrique de l’Ouest et Centrale, le gouvernement doit agir immédiatement pour rétablir la paix face aux “séparatistes armés menaçant de perturber à tout prix le processus électoral dans les régions anglophones”.

Lourdes pertes

D’après les informations fournies par le chapitre Afrique de l’Ouest et Centrale d’Amnesty International, l’on dénombre en deux ans, plus de 160 membres des forces de sécurité qui ont été exécutés par des séparatistes. Le nombre de séparatistes tués reste inconnu. Depuis 2018, environ 400 civils ont été tués par les belligérants selon l’ONG qui a dénombré plus de 260 “incidents sécuritaires” (affrontements, enlèvements, homicides, destructions de maisons). En outre, Amnesty, invite les autorités camerounaises à enquêter de façon “urgente” et “indépendante” sur les crimes commis par les forces de l’ordre ou par les séparatistes en zone anglophone.

blank
Rodrigue Tapeo
Journaliste, Communicateur, Promoteur culturel et Coordonnateur du Groupe FAD'ART. Il a travaillé avec plusieurs médias (radio, presse écrite, télévision, journal en ligne) dans le Septentrion du Cameroun. Il est aussi membre de la Société Civile Camerounaise, Consultant en communication sociale et développement de projet.

Les Plus Lus

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you