tracteur, Ranch de Goundjel du Groupe Fadil
Trateur. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil
NEWSLETTER

Français     English

Entre offrande de la nature et chef d’œuvre humain, le Ranch de la Société Général de Développement de l’Élevage est une véritable curiosité qui a émerveillée le Ministre de l’Élevage par la modernité des ses installations.

Ranch de Goundjel
Ranch de Goundjel. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil

En homme averti, le Ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales a orchestré savamment une forme de rotation entre les différents grands ranchs de la Région de l’Adamaoua. Après s’être rendu successivement lors de ses précédents déplacements dans la Région, dans les installations des célèbres Ranch AMAO (Alhaji Mouhamadou Abbo Ousmanou) et le Ranch Baledjam de l’homme d’affaire Nana Bouba, Dr Taïga s’est rendu au Ranch Goundjel du Groupe Fadil. Les installations de ces richissimes sont à la dimension de leur fortune.

tracteur, Ranch de Goundjel du Groupe Fadil
Trateur. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil
tracteur, Ranch de Goundjel du Groupe Fadil
Trateur. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil

L’élevage pastoral

Le Ranch Fadil de Goundjel est l’exemple le plus emblématique du potentiel bovin de l’Adamaoua.

« L’élevage bovin est la vocation principale du Ranch à côté de l’aménagement des zones de pâturage. Grâce à des semences importées de France et des États-Unis d’Amérique, la production quotidienne laitière d’une vache atteint 7 litres alors que le taux de réussite d’insémination artificielle est situé à 45% »,

note Abdoul Aziz Mouhamadou Fadil, Directeur du Groupe. Le Ranch Fadil de Goundjel est un label unique qui côtoie le Ranch de l’ancien président du Cameroun Ahmadou Ahidjo, édifié à quelques encablures.

tracteur, Ranch de Goundjel du Groupe Fadil
Trateur. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil

Tourisme et agro-industrie

Propriété exclusive du Groupe Fadil, le Ranch est placé sous la gestion de la Société Général de Développement de l’Elevage (SOGEDEL), créée en 2010. Le Ranch Goundjel est situé dans l’arrondissement de Belel à 80 km à l’Est de Ngaoundéré. Entouré d’une rivière, c’est un haut lieu qui allie charme touristique et pôle agro-industriel. Il a une superficie de 6 000 ha avec une diversité de cheptel de plus de 3 000 têtes de bœufs encadrés par une soixantaine de bergers sous l’administration d’un Directeur et de 3 stagiaires venus de l’Université de Maroua. Un ratio surface et boeuf faible, qui traduit la nécessité des éleveurs locaux de migrer à une agriculture intensive pour un meilleur rendement.

+  Douala : La vie d'un pêcheur de Youpwe
Cheptel bovin, Ranch de Goundjel.
Cheptel bovin, Ranch de Goundjel. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil

À l’ère de l’insémination artificielle

Le Ranch de Goundjel est un véritable complexe agro-industriel qui est entré de plein pied dans l’élevage intensif. Il est doté d’un plateau technique relevé avec une gamme de matériel d’insémination artificielle ultramoderne. L’aspect innovateur et l’appel à la technique d’insémination artificielle a permis au complexe de produire une diversité de race bovine.

« Les animaux sont regroupés par robe (couleur de peau), par race et par âge. La race Goudali (métissée) est la plus nombreuse, nous avons aussi le Montbéliard, le Charolaise, le Bleu Blanc Belge et le Holstein qui est riche en lait »,

confie Sali Abba, Directeur du Ranch.

Insémination au Ranch de Goundjel
Insémination au Ranch de Goundjel. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil
Cheptel bovin, Ranch de Goundjel
Cheptel bovin, Ranch de Goundjel. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil

Bergers sous payés, 20 000 F CFA par mois

Après avoir subit une perte soudaine de 850 têtes, à cause d’une épidémie de la peste en 2009, le Ranch subit le poids de l’âge. Protégé par une clôture barbelée et entouré par une rivière, il n’est pas épargné par l’insécurité ambiante dans cette zone combustible. Le salaire de 20 000 Francs n’est pas de nature à favoriser un essor social dans un monde d’inflation continue.

Cheptel bovin, Ranch de Goundjel.
Cheptel bovin, Ranch de Goundjel. Crédit photo : Ranch de Goundjel du Groupe Fadil

Dépourvu d’eau potable, d’électricité et de centre de santé, c’est loin d’être un paradis pour ses quelques 500 âmes qui y résident. Une petite école publique accueille quelques 60 élèves alors que les bergers de la compagnie refusent d’envoyer leurs enfants dans cette école. Selon les dires, ces derniers se disent incapables de soutenir les études des enfants avec les maigres revenus perçus. Une situation qui n’est pas de nature à favoriser la hausse du taux de scolarisation de ces enfants.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

78 − 76 =