Joshua Oshi
Joshua Oshi. Crédit Photo : chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 3 min

Le candidat du Social Democratic Front a tenu son meeting politique à Bertoua ce 01 octobre 2018. De fil en aiguille, ce meeting s’est transformé en procès contre le mandat du président Paul Biya.

Place des fêtes de Bertoua, ce 01 octobre 2018, sous un soleil de plomb, les militants du Social Democratic Front (SDF) vêtus de leur tenue de grands jours, font du bruit. Près de 200 au total, tous sont venus communier avec leur président, le candidat à l’élection du 07 octobre prochain, le successeur du chairman.

Joshua Oshi
Joshua Oshi. Crédit Photo : chateaunews.com

C’est autour de 15H que Joshua Oshi arrive sur le lieu du meeting, en provenance de la région de l’Adamaoua. D’entrée de jeu, le candidat du SDF demande une minute de silence en mémoire des soldats tombés en opération dans les régions de l’Extrême-Nord, Nord, Nord-Ouest, Sud-Ouest, mais surtout de la région de l’Est. Un acte louable très apprécié par les militants.

« Je suis très surpris de ce geste. Depuis que les candidats tiennent leur meeting ici c’est la première fois qu’un candidat pose pareil acte. Je suis vraiment touché et ceci témoigne la bonté de coeur du candidat. Avec Joshua Oshi, c’est vraiment la force de la diversité qui gagnera »,

murmure un militant convaincu, du SDF. Dans son allocution, le candidat à la présidentielle 2018 demande à l’électorat de tout mettre en oeuvre pour qu’au soir du 07 octobre prochain, le changement se fasse dans la paix grâce aux urnes. Pour convaincre, Joshua Oshi initie un procès contre le président Paul Biya et passe au peigne fin les manquements liés aux 36 ans que ce dernier a passé au pouvoir.

Joshua Oshi
Joshua Oshi. Crédit Photo : chateaunews.com

« Celui qui n’a rien fait en 36 ans ne peut rien faire en 07 ans. Celui qui n’a rien fait à 47 ans ne peut rien faire à 83 ans »,

lance Joshua Oshi, suscitant les youyous du public. Le candidat du SDF vente également son programme dans lequel la jeunesse est au centre de sa politique car selon lui un pays n’existe qu’à travers sa jeunesse. Pour illustrer sa thèse, il s’appuiera notamment sur les musiciens, les footballeurs mais surtout les soldats envoyés au front pour défendre le territoire.

« Quand les Boko Haram attaquent, ce sont les jeunes que l’on envoie. Quand les tensions montent dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, ce sont les jeunes qu’on envoi. Mais quand il faut gérer l’argent public, on met les jeunes de côté. Comment comprendre cela ? »

s’interroge le candidat.

« il faut que ça cesse et c’est grâce aux élections que cela se fera »,

déclare-t-il. Dans la suite de son mini procès, Joshua Oshi accuse le candidat du RDPC d’être très distant des populations et ceci même pendant la campagne électorale.

« Si quelqu’un ne vient pas à Bertoua pendant sa campagne, il ne mérite pas votre confiance »,

précise le candidat. Pour séduire le maximum de jeunes, mobilisés à la place des fêtes de Bertoua, l’homme du changement passe en revue son projet politique, en insistant sur la revalorisation du salaire minimum inter-garantie (qui sous son mandat dépasserait 150 000 F CFA), ainsi que la gratuité des soins de santé pour les enfants de la naissance à l’âge de 02 ans. Convaincu d’avoir glané quelques bons points grâce à son discours à Bertoua, Joshua Oshi reprends la route avec son équipe de campagne, promettant aux populations de Bertoua de revenir très bientôt, cette fois avec le statut de Chef de l’Etat.

+
Christine Barya : « Il n'y a que les médias d'État qui sont chargés de faire la propagande électorale »

Patrick Bomba



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 1 = 2