logements sociaux de N’Gaoundéré
Logements sociaux de N’Gaoundéré. Crédit photo : chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Dans le cadre du plan d’urgence triennal, le gouvernement a prévu la réalisation d’un programme de 10 000 logements sociaux au Cameroun.

Dans cette perspective, N’Gaoundéré va accueillir 100 logements sociaux qui sont déjà sortis  des terres à Béka Hosséré, dans la banlieue Sud de la ville. L’avènement de ce projet va corriger une anomalie que traîne N’Gaoundéré depuis son érection en capitale régionale, en la dotant de son tout premier Camp SIC.

Depuis quelques années une véritable frénésie de construction s’est emparée de la ville de N’Gaoundéré. Partout, on voit du béton couler à la hâte, et des quartiers entiers surgissent. À côté de quelques ébauches presque élégantes, s’imposent des cubes troués au rez-de-chaussée d’une laideur affligeante. Confiée à la firme marocaine Alliances, la construction des logements sociaux de N’Gaoundéré est un cœur de ville constitué de : 5 immeubles de R+2, T3; 5 immeubles R+2, T4; 12 villas T4 simples; 28 villas jumelées. Mais aussi des crèches, des marchés, des bibliothèques, des cinémas et un hôpital tout près.

Censé résoudre les problèmes de logement à N’Gaoundéré, le projet semble connaître des déboires.

« On nous dit que ce sont des logements sociaux mais quand on voit le prix exorbitant de 10 millions par logement. Ce n’est pas à la porté du camerounais moyen »,

s’indigne Yacouba, citadin de la ville. Si l’on en croit la Société Immobilière du Cameroun, tutelle technique du programme, il y’a confusion :

« Le logement social n’est pas synonyme de logement économique. Il est social parce que l’Etat prend en charge une partie du coût sous forme de subvention soit de 40 à 45%, ce qui permet de réduire le coût final »,

a déclaré son Directeur Général, Gabriel Bengono dans une interview sur la chaîne nationale.

Lire aussi / Also read
Ngaoundéré : Le procureur de la république fait obstruction à la justice

Selon une enquête de l’Institut National de la Statistique sur l’habitat et le cadre de vie de 2011, 5 ménages sur 8 ne sont pas propriétaires de leur logement qu’ils occupent. 80% de propriétaires ne détiennent pas de titre de propriété officiel. Près du quart des ménages dans les villes sont locataires. Le loyer mensuel moyen est de 20 000 francs CFA. Vu le nombre de mal logés et le taux d’accroissement de la population urbaine, la pratique qui consiste à afficher sur un mur ou un arbre une feuille de contreplaqué au bord de la route portant l’annonce des villas à louer et des terrains à vendre, est devenue monnaie courante à N’Gaoundéré, faute d’agent et promoteur immobilier.

logements sociaux de N’Gaoundéré
Logements sociaux de N’Gaoundéré. Crédit photo : chateaunews.com

À un mois de l’échéance finale, le respect de la date de livraison du chantier reste dubitatif. Selon les déclarations de Jean Claude Mbwentchou, en visite à N’Gaoundéré le 27 septembre dernier, les 100 logements sociaux de N’Gaoundéré seront livré le 20 décembre 2018. L’entreprise marocaine avance un taux de réalisation de 90%. L’alléchant programme qui est une de matérialisation de la promesse du chef de l’Etat qui s’est engagé à améliorer les conditions de vie des ses populations, notamment par le biais de la construction des logements sociaux. Qu’en est-il de l’aspect de la maintenance, éternel talon d’achille au Cameroun ?

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

+ 41 = 48