sommet extraordinaire de la CEMAC
NEWSLETTER

Français     English

Réunis en session extraordinaire à Ndjamena pour une sortie de crise de la situation économique alarmante dans l’espace CEMAC, Idriss Deby et ses paires d’Afrique Centrale viennent de prendre une série d’engagements, « en faveur d’une sortie de crise coordonnée, concertée, maîtrisée et solidaire » ont-ils signé sur le communiqué final sanctionnant les travaux.

Le communiqué final encourage les États membres à respecter leurs engagements respectifs et, les instituts communautaires, à jouer pleinement leur rôle de moteur de l’intégration sous-régionale.

Secoué par l’insécurité en Centrafrique et la menace terroriste du groupuscule Boko Haram, la conférence des chefs d’États, instance suprême de la Communauté CEMAC, met un accent particulier sur l’urgence d’accélérer la mise en œuvre des reformes structurelles préconisées par le FMI pour relancer l’économie. Les dirigeants du pays d’Afrique Centrale se sont à nouveau engager à poursuivre les reformes afin de relancer, les engagements pris à Yaoundé en 2016 qui ont permis d’atténuer les effets de la crise.

Maintenue depuis des décennies par la rente pétrolière, l’économie de la sous-région est asphyxiée par la chute drastique du cours des hydrocarbures sur les principales places boursières internationales. Le sommet de Ndjamena survient au lendemain de la sonnette d’alarme lancée par le Fonds Monétaire Internationale en marge des Assemblées des institutions de Breton Woods à Washington. Face au foisonnement des institutions communautaires et le chevauchement des rôles qui mettent à mal le processus d’intégration sous-régionale, les reformes mises en place devront faciliter la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEMAC.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

3 × = 30