Assaut du BIR dans le Mbéré
Assaut du BIR dans le Mbéré. Crédit photo : chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

La localité, de Miranda dans le Département de Mbéré s’est transformée en véritable zone de combat. Pendant plusieurs heures, le 5ème Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) stationné à Meiganga a échangé des coups de feu nourris avec un groupe de malfrats armés spécialisés dans les prises d’otage avec demande de rançon.

Bilan des hostilités : 2 malfrats abattus, un ennemi qui s’est rendu de son propre gré aux forces armées camerounaises, 2 kalachnikovs et 7 boites à munition saisis.

Grâce à un guide local, la dizaine de malfrats lourdement armés qui s’apprêtaient à entrer dans le village est repéré. Mis au parfum de la présence de ces hommes indésirables, les éléments du 5ème B.I.R, sous le commandement de Désiré Mandoing sont tombés nez à nez dans une embuscade avec les coupeurs de routes qui affûtaient leurs armes et leurs soifs de barbarie.

« Les combats ont duré pendant des longues heures, les coups de feu partaient de partout. C’était terrifiant »,

raconte un témoin, contacté sur place.

Malgré une présence remarquée des militaires qui sillonnent la zone en couple, les attaques des coupeurs de route contre les villageois n’ont pas cessé. Face aux attaques répétées de ces seigneurs de guerre sans foi ni loi, les villages se sont vidés de leur habitants, qui ont fuis leurs maisons pour trouver refuge en ville.

Les militaires ont certes évité le pire, mais sans éradiquer la menace, d’où les appels répétés des états majors de la région afin de fournir des renseignements car

« la guerre se perd à cause du renseignement, elle se gagne grâce au renseignement »,

dixit un haut gradé de l’armée.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

+ 5 = 15