caphavet
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Créé en juillet 1993, les Cabinet et Pharmacie Vétérinaires du Cameroun voient leur mission originelle de rendre accessible et disponible les médicaments et les matériels vétérinaires mis à mal par des personnes étrangères, véreuses et non qualifiées qui gangrène la filière.

Porté sur les fronts baptismaux il y’a 25 ans, les cabinets et pharmacies vétérinaires du Cameroun jettent aujourd’hui dans un contexte lourd d’incertitude un regard sur le chemin parcouru.

« Nous avons créé CAPHAVET pour répondre à la volonté du gouvernement de privatiser le secteur vétérinaire à l’époque. Le parcours n’a pas été un long fleuve tranquille, mais grâce à notre ténacité, l’ardeur au travail du personnel et la confiance de nos nombreux clients et fournisseurs, nous avons bravés les obstacles »,

reconnait volontier Azibé Mazra, Directeur Général de l’entreprise.

CAPHAVET emploie aujourd’hui plus de 40 personnels, 10 Docteurs vétérinaires et 15 personnels d’appuis dans ses 12 agences reparties à travers le triangle national. L’entreprise, avec un capital social de 255 000 000 F Cfa traverse une période tumultueuse alimentée par des « charlatans et autres opportunistes qui sèment le désordre ». D’où la forte présence de ses partenaires et fournisseurs étrangers (Marocains, Belges, Français et Tchadiens) pendant ces « silver jubilee » pour barrer la route aux faux médicaments qui gangrènent la filière.

« C’est une façon de rester davantage crédible auprès des fournisseurs »,

souligne un client.

Face aux défis sécuritaires dûs notamment au phénomène d’enlèvement des éleveurs, les CAPHAVET rencontrent des difficultés pour mener à bien ses activités.

« Nous sommes là pour encourager la société, faire 25 ans dans le domaine c’est quand même une référence. C’est pour cela que l’administration est à ses côtés pour l’encourager »,

dixit le chef de mission du Ministère de l’Élevage, de Pêche et des Industries Animales. Comme on sait le faire dans la capitale de la région château d’eau du Cameroun, les festivités seront closes autour d’une course hypique pour sacrifier au rituel.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

5 × 1 =