ambazoniens
Armes des Ambazoniens. Credit photo : chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

L’affrontement s’est produit aux environs de 12 heure 30, ce jeudi matin. Selon les sources sécuritaires, « le convoi conjoint du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) et du Bataillon des Troupes AéroPortées (BTAP) de Koutaba a été pris dans une embuscade tenue par les sécessionnistes au lieu dit Lewoh axe Menji – Alou ».

Une attaque farouche au vu des dégâts enregistrés. Le bilan communiqué en dit long sur la violence des combats.

« Bilan côté ennemi inconnu, côté armée 14 blessés et un caporal du BTAP décédé. Parmi les blessés, 11 au BIR dont 7 critiques et 04 légers, 04 blessés BTAP dont 1 critique et 03 légers…»,

précise une source. Sur le plan matériel, les dégâts sont importants.

« Tous les véhicules (03 BJ Land cruiser) du BIR sont hors d’usage »,

nous informe t-on. Le ratissage effectué au lieu des faits a permis la saisie de 02 canons de fabrication artisanale avec au fond des tubes des reliquats du composé, des munitions utilisées constitués de morceaux de fers de 6 et de 8 en guise de projectiles. L’évacuation du soldat tombé et les blessés critiques s’est faite cette fin d’après-midi par hélicoptère en direction de Douala.

En rappel, lors de son investiture le 6 novembre dernier pour son 7e mandat présidentiel, Paul Biya a exprimé la fermeté de la loi contre ceux qu’il a qualifié d’entrepreneurs de guerre. Le lendemain, appel a été fait aux jeunes soit disant égarés de déposer les armes et revenir au bon sens contre une amnistie.

L’attaque qui survient à peine deux semaine après la prise de pouvoir du champion du RDPC suscite un appel à son expérience pour régler la crise anglophone. Une guerre asymétrique qui s’enlise dans une crise civile aux allures incontrôlables dans les brefs délais.

+  Ngaoundéré - Tribunal Militaire : Les réseaux sociaux au centre d'un procès pour terrorisme

Dans son point de presse ce 21 novembre 2018 à Yaoundé, le Social Democratic Front (SDF) a réitéré son vœux de voir cette situation chaotique être résolue par le gouvernement par un dialogue inclusif entre les acteurs. Allusion faite à la conférence annoncée qui tarde à se concrétiser au détriment du pourrissement de la situation sur le terrain.

Vivement que soit trouvé une issue pour que cesse les morts au nom d’une guère sans tête ni queue qui n’a que trop durée.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

− 4 = 1