moisson
NEWSLETTER

Français     English

L’espoir s’effrite au fil des ans,
La terre devient aride et moins productive,
Les esprits tordus y trouvent une opportunité pour se hisser aux sommets,
Créant ça et là des motifs pouvant extorquer au mieux les âmes de bonne volonté.

Terre des Hommes,
Misère des peuples effacés !
La pauvreté est devenue le fonds de commerce des politiciens improductifs.
Oui, improductifs !
Le bon sens est-il encore la chose la mieux partagée ?
Qui voudrait bien condamner un enfant à n’être dorénavant qu’un apatride ?
Qui se réjouirait de vivre dans un château en plein marécage ?
Qui pourrait vivre sur une île sans possibilité de se mouvoir ?
Qui voudrait bien voir un être humain crever d’une simple toux ?
Non, personne ne le souhaiterait.
C’est inconcevable et irrecevable d’après le bon sens que nous aurions eu en partage.
Mais ce sont des réalités vécues et connues des acteurs locaux.
Nos élus en ont conscience également.
Ils savent tous que dans nos contrées :
Les formations sanitaires sont sous/mal équipées en infrastructures, ressources humaines et techniques de qualité acceptable,
L’éducation (primaire surtout) à un plomb dans l’aile,
Les voies de communication sont hautement accidentogènes,
L’enclavement demeure encore “le talon d’achille’’ de l’économie de plusieurs localités,
Des enfants ratent leur instruction faute d’acte de naissance,
L’eau potable et l’électricité sont devenues un mythe pour certains,
Et… le comble, c’est qu’ils savent qu’ils sont au service du peuple.
Il ne s’agit pas d’un voyage dans le temps,
C’est le vécu des mandataires camerounais !
A quand la prise de conscience de l’élite politique … de l’Extrême-nord ?
La moisson était grande par ici,
Le moissonneur a moissonné.
Il doit penser à mieux fertiliser le champ
Pour espérer de meilleures récoltes.
Le ciel s’assombrit,
La tempête s’annonce grande !



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

76 − 74 =