can 2019
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 2 min

Au travers des procédures spéciales de passation de marché destiné à accélérer les travaux et faciliter l’importation du matériel pour les chantiers de la Coupe d’Afrique des Nations devant se dérouler jusqu’au retrait du 30 novembre dernier au Cameroun, les gestionnaires en ont profité pour se faire plein les poches.

À coup de multiples contrats secrets, un réseau mafieux s’est constitué autour du chef de l’État. Qui chapeautent le dossier de la CAN 2019 pour escroquer et se « sucrer » de la manne financière tombée tout droit de l’organisation de cette Coupe d’Afrique? Au centre de ce scandale financier, Ferdinand Ngo Ngo le secrétaire générale à la présidence, propriétaire de l’une des entreprises prestataires « PRIME POTOMAC » qui s’est fait un nom dans les marchés fictifs.

Après le coup de massue porté par le comité exécutif de la CAF sur le pays organisateur de la grande messe de football africain de l’édition 2019, les raisons de cette débâcle humiliante se font toujours attendre. 

« Celui qui pense encore que pour cette fois ce ne soit qu’une poignée de Ministre qui doivent être défait alors il se trompe. L’heure n’est plus au temps où seuls les Ministres fautifs payent mais il est temps que le président de la corruption soit lui aussi incriminé »,

lance un camerounais sur un forum de discussion. Plus que de discours, les camerounais dans leur immense majorité réclame des sanctions pour soulager leurs déceptions face aux responsables chargés de mener à bien les chantiers devant servir à l’organisation de ce grand événement du football africain non exécuté dans les délais.

En attendant la réponse du premier sportif vis-à-vis de ses collaborateurs malfaisants, les révélations se multiplient autour de la gestion calamiteuse des chantiers destinés à ce grandissime événement sportif continental. L’attribution des marchés publics de la CAN 2019 s’est opérée sous couvert des contrats secrets. Sur 51 marchés rendus publics, la COCAN 2019 a procédé à la concession de 41 marchés publics par le truchement de gré à gré et seulement 10 qui ont suivis la procédure normale d’appel d’offre.

+  Économie : La Libye enregistre plus de 7000 milliards de Fcfa de recettes pétrolières en 2017

Un malheur ne venant jamais seul comme le disent les sages, le retrait de la CAN 2019 au Cameroun est certes le fait de l’inertie, de l’incompétence et des malversations de plusieurs personnes mais plus en profondeur, cette triste réalité aura permis également la spoliation des caisses de l’Etat par un groupuscule égoïste avide de l’argent au détriment des intérêts suprêmes de l’Etat.

« C’est pourquoi nous, membres ressortissants des régions du Nord Ouest et du Sud Ouest, voulons sortir de cette mafia »,

se fait assassin un internaute sur un forum de discussion.

Si aucune sanction n’est prise à l’encontre des responsables de cette débâcle historique, la CAN 2021 promise au Cameroun ne sera que leurre. Au delà de la surenchère politico-économico-financière à tête chercheuse autour de l’escroquerie des chantiers de cette Coupe d’Afrique des Nations retirée au Cameroun et qui n’a sans doute pas fini de produire son lot de révélation rocambolesque, c’est la réputation du Cameroun sur la scène internationale qui est mise en jeux. On savait le Cameroun champion de la corruption (d’après certains sondages internationaux) et des détournements des fonds publics. Le voici mafieux ?



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

× 4 = 40