À la Une Économie Ngaoundéré - Djouldé Dabadji 2018 : 350 000 hectares...

Ngaoundéré – Djouldé Dabadji 2018 : 350 000 hectares destinés au pâturage

La foire à bétail est censée fédérer les énergies des éleveurs pour amorcer définitivement l’élevage de seconde génération tant attendu. Mais, paradoxe, le conditionnement et la transformation de la filière animale reste étonnamment faible.

-

- Advertisment -

Lors qu’en Avril 2014, la Confédération Nationale des Eleveurs Bovins du Cameroun sous le leadership de son président Bobbo Bakary lançait la 1ère édition de la foire à bétail, c’était à dessein de servir d’une plateforme d’échange et de promotion de l’élevage et de faire de Ngaoundéré la plaque tournante de ce secteur de l’économie.

foire à bétail
Foire à Bétail 2018 à Ngaoundéré. Crédit photo : chateaunews.com

Les stands d’exposition ont été pris d’assaut par les plus grands propriétaires du cheptel de la région. 6 ans après, les grands propriétaires du cheptel bovin ont disparus du circuit, le rendez-vous s’est internationalisé avec la participation des pays de la sous-région, la rencontre a pris de l’ampleur, gagnée en notoriété et c’est devenu un lieu privilégié pour les éleveurs afin de poser leur doléance au pouvoir public. Seule constance l’absence du porc, cet animal “impur” est toujours interdit dans la religion islamique.

Cette 5ème édition, placée sous le thème « Production laitière : Point d’appui pour un élevage rentable », fait la part belle à la filière laitière, au détriment de l’insécurité qui reste la préoccupation première des éleveurs.

« Nous avons choisi ce thème pour faire comprendre aux éleveurs que le métier de transformation laitière est un point important dans le développement de l’élevage. Beaucoup de métiers tournent autour de la production laitière »,

rassure Bobbo Bakary, président du comité d’organisation.

« Aujourd’hui, nous vivons des moments particulièrement difficile, à côté des enlèvements dont certains d’entre nous sont victimes, il y a surtout l’occupation anarchique et la réduction drastique des espaces de pâturage »,

raconte Hamadou Sadjo, éleveur de Tignère.

L’élevage pratiqué dans 7 régions du Cameroun occupe 30% de la population paysanne. Avec 450 exposants, la foire à bétail 2018 voit la participation du Nigéria à côté des autres pays d’Afrique Centrale. Pour Kadri Aïssatou, il faut améliorer les chaînes de valeurs du système laitier.

« Nous avons créé une petite unité de production de lait avec une capacité de 600 litres jour. Mais faute d’une chaîne de collecte de lait, nous n’arrivons pas à faire tourner les machines qui sont à l’arrêt »,

affirme Kadri.

Présidant la cérémonie officielle, le Ministre de l’élevage des pêches et des industries animales souligne l’appui du gouvernement :

« Nous allons mettre à la disposition des éleveurs un espace de 350 000 ha prévus dans la région de l’Adamaoua pour résoudre le problème du pâturage. Ce périmètre sera consacré exclusivement pour produire le fourrage. Vous savez un animal bien nourrit est capable de se défendre contre les maladies »,

annonce Dr. Taïga.

blank
Boubakary Moussa
Boubakary Moussa, est un passionné de l’information qui s’est spécialisé dans les enquêtes et analyses. Jeune motivé à l’éthique avéré il est le correspondant de ChateauNews dans l’Adamaoua.

Les Plus Lus

En ce moment...

- Advertisement -

ArticlesRELATED
Recommended to you