Des élèves en salle
Des élèves en salle. Crédit photo: Haman
NEWSLETTER

Français     English

Les images parlent d’elles mêmes. Le Lycée Bilingue de BOCKLE dans l’arrondissement de Garoua III, région du Nord au Cameroun. Créé par le Ministère des enseignements secondaire depuis plusieurs années, l’ancien CES bilingue devenue lycée manque toujours d’infrastructures adéquates.

Les élèves font cours dans des conditions difficiles et les enseignants relèvent le défi de la précarité au quotidien. Les salles de classe toutes en paille communément appelés “secko” en langue fulfulde contrastent avec la belle plaque en tôle bien peinte qui se dissocie du du paysage traditionnel du pauvre établissement.

Salle de Classe
Salle de Classe. Crédit photo: Haman

Le Cameroun est un réel paradoxe. Entre le faste des cérémonies officielles, le luxe des administrateurs et l’insolence des élites toujours prompt a brandir leurs fortune, la misère des populations rurales fait pitié. Les familles, les acteurs ruraux et les enfants sont les premières victimes de ce décalage de réalité.

Cour du Lycée
Cour du Lycée. Crédit photo: Haman

Malgré tous ces clichés du 21 siècle, en pleine ère des androïds, les courageux apprenants du Lycée de Bocklé s’adonnent aux édités en attendant la construction tant attendue des salles de classe espérées depuis la création. Une réalité qui illustre le challenge auquel font fasse les communes rurales du Cameroun et nos villages encore encrés dans la pauvreté malgré le luxe affichés dans nos capitales.

Salle de Classe
Une Salle de Classe. Crédit photo: Haman

Les populations ainsi que les autorités municipales en appellent a la bonne volonté du gouvernement et des partenaires au développement pour améliorer les conditions scolaires de ces malheureuses victimes de la mauvaise répartition de la richesse nationale. Dans ces conditions frustrantes comment espérer un bon rendement des élèves et un encadrement adéquat des enseignants ?

Source : Haman

La Rédaction

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

5 × 1 =