Joshua Osih
Joshua Osih
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Au cours de l’émission “Actualités hebdo” du Dimanche 3 février dernier sur la CRTV, le Ministre Délégué auprès du Ministre de la Justice du Cameroun, Me Jean De Dieu Momo a tenu des propos inacceptables, insupportables et inexcusables contre le peuple Bamiléké et le peuple juif.

Sur le plan national, il a particulièrement développé une idée de haine obsessionnelle au point de dévoiler sans le vouloir l’épuration ethnique à bas bruit qui se prépare de part et d’autre et contre tous.

La révolution n’a pas de tribu. La république non plus. Ma tribu c’est le Cameroun et cela devrait être le cas pour tous ceux qui nous gouvernent ou qui aspirent à le faire. L’idée de croire et surtout de faire croire que notre malheur est dû à une communauté ou que notre bonheur est dû à la suprématie d’une autre est le signalement d’un crime contre l’humanité en préparation. Nous n’allons pas laisser les uns ou les autres détruire notre pays sans réagir ! Que personne ne se trompe, le Cameroun c’est 256 communautés nationales et non 2 ou 3 d’entre elles. C’est plutôt nos minorités qui ensemble font l’écrasante majorité.

Plus encore, si ses déclarations stupides manifestement dictées par des pulsions identitaires nouvelles et surtout alimentaires ont une fois de plus refait surface au point de transformer cette interview en un débat nauséabond et funeste, il y a que cette fois-ci, il a de toute évidence touché à une corde très sensible en Israël et dans le monde au point où l’ambassade de ce pays frère du Cameroun a réagi par un communiqué de condamnation rendu public ce jour. Une triste première dans l’histoire des relations entre nos deux pays et dans l’histoire de notre diplomatie du fait des déclarations extrêmement graves d’un ministre irresponsable sur les origines de l’Holocauste qui sont de toute évidence de nature à refroidir considérablement les relations d’amitié et de coopération entre le Cameroun et Israël si rien n’est fait de toute urgence du côté camerounais.

M. Jean de Dieu Momo est tombé plus bas que jamais. L’antisémitisme de ce membre du gouvernement de M. Biya n’a rien à envier à celui du régime nazi.

M. Biya gagnerait à savoir que la République du Cameroun est au-dessus des hommes, pris individuellement. Les relations diplomatiques entre le Cameroun et l’État d’Israël ne sauraient s’encombrer des propos détestables et nauséeux d’un ministre inconséquent et populiste. A défaut de démissionner dans l’urgence M. Jean de Dieu Momo, M. Biya doit démissionner lui-même. Pour l’intérêt des deux peuples et des deux États.

Fait à Douala le 4 février 2019
Hon. Joshua N. Osih
1er vice-président national du SDF

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

26 + = 30