Prodel
Crédit photo: chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Share this

Inciter les peuples Bakas des départements de la Boumba et Ngoko, Haut-Nyong et Kadey à s’intéresser à l’élevage, c’est l’objectif de l’atelier de validation des plans en faveurs de ces populations, ouvert ce 07 février 2019 à Bertoua.

Initier par le projet de développement de l’élevage (PRODEL), il était question pendant deux jours d’harmoniser les plans, dans les trois départements de la région de l’Est, en tenant compte du point de vue des populations Bakas et du respect des effectifs de leur environnement et culture, ainsi qu’une appropriation évidente par eux des sous projets d’élevage contenus dans ces plans.

“Pendant la formulation du projet de développement de l’élevage, un cadre de planification a été mis en place pour ce projet. Pour opérationnaliser ce cadre sur le terrain, deux opérateurs ont été recrutés et les plans en faveurs des populations autochtones ont été élaborés de manière participative. Ces plans ont été restitués aux Bakas sur le terrain, notamment les sous projets. Un diagnostique a été fait et il est donc question de valider officiellement ces plans “,

précise le Dr. Eloundou Eloundou, coordonnateur régional PRODEL zone 2. De manière concrète les sous projets contenus dans ces plans vont permettre aux populations Bakas d’être de véritables producteurs de poulets, chèvres et porcs en tenant compte de leurs habitudes qui ont été observées sur le terrain. Ainsi, une cinquantaine de communauté Bakas recevra du PRODEL des appuis, entre autre : des poulets du village et petits ruminants. Ceci pour leur permette de démarrer leurs activités d’éleveurs en toute sérénité. Bien plus, le PRODEL compte les accompagner au quotidien.

“ Depuis le début les mesures ont été prises en élaborant de manière participative ces plans. Nous pouvons même affirmer qu’en réalité ce sont les Bakas qui ont élaborés leur plan mais avec l’accompagnement des opérateurs qui ont été recrutés. Et comme c’est leur plan nous mettons tout en œuvre pour que ce soit un succès “,

ajoute le coordonnateur régional PRODEL zone 2. Au terme de l’altier, l’on retient que pour un départ, une dizaine de sous projets seront accompagnés sur le terrain et par la suite le processus continuera crescendo.

” Ces plans sont vraiment les bienvenus, car cela nous apportera un véritable changement. Vous savez que l’homme Baka vivait de la chasse et de la cueillette. Étant donné que la plupart des espèces d’animaux sont déjà protégé et que le réchauffement climatique détruit les forets, nous inciter à l’élevage est la meilleure solution pour note subsistance. Avec l’accompagnement du PRODEL nous somme convaincu de produire plus et de produire mieux”,

confie SM Noutche Nguenou Dieudonné, chef Baka de Mayos. C’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre pour les peuples Bakas delà région de l’est qui ont désormais un grand défis a relever

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

4 × 2 =