Bibliothèque Municipale Imam Paté
Bibliothèque Municipale Imam Paté. Crédit photo: chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 2 min

Le site qui abrite la bibliothèque municipale de Ngaoundéré incarne à lui seul un cuisant paradoxe. Jouxtant le plus grand marché de la ville et cohabitant avec les grands et petits délinquants que recueille la métropole de Ngaoundéré, voici à quoi ressemble l’endroit destiné à la lecture, à la détente et à la réflexion.

La seule et unique bibliothèque de la ville regorge des ouvrages édités le siècle dernier :

« Nous n’avons que des vieux ouvrages, même si on dit qu’un livre ne vieillit pas »,

murmure Hapsatou Ousmanou, la Directrice.

La bibliothèque municipale de Ngaoundéré fait face à un foisonnement de nuisance sonore. Faisant face à la maison du parti RDPC, elle est régulièrement prise d’assaut par les militants de ce parti qui n’hésitent à pas tenir des réunions et mêmes des meetings à l’intérieur du bâtisse.

« L’un des bibliothécaires est un fervent militant très actif, c’est lui qui organise ces réunions »,

confirme Moussa un habitué et observateur averti. En outre, la même maison du parti au pouvoir est utilisée par les évangélistes pour des séances de guérisons, ce qui en rajoute aux bruits.

Entre les éclats à hua et dia causés par les petits criminels qui rôdent autour et les alléluias des adeptes d’église réveillées, l’accumulation de nuisance sonore est à son comble.

« La bibliothèque est envahie par des éléments externes très nocifs, qui ne facilitent pas la lecture »,

nous renseigne Husseynatou, étudiant en Droit, deuxième année. Fréquenté par des étudiants, l’endroit grogne de criminels qui fument au vu et su de tout le monde, marijuana, chanvre indien.

« Les agressions ici sont monnaie courant, j’ai été moi-même victime à de nombreuses reprises »,

nous confirme la directrice des lieux.

+  La Banque mondiale adopte une nouvelle stratégie pour soutenir le gouvernement camerounais entre 2017 et 2021

La bibliothèque fait face au manque criard en ouvrages :

« La communauté Urbaine nous a promis de nous approvisionner, mais jusqu’à présent nous attendons. Tous les ouvrages que nous avons datent du siècle dernier »,

confie Hapsatou. Equipé d’une salle informatique avec des vieux ordinateurs, une formation en informatique est dispensée aux citoyens de la ville de Ngaoundéré. L’abonnement à la bibliothèque coûte la rondelette somme de 2 000 F CFA pour les étudiants et 3 000 F CFA pour les fonctionnaires et autres, valable pour un an.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

8 + 1 =