Chine - Union Européenne
Crédit photo: IEG.
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 5 min

Dans son éditorial diffusé hier matin 26/03/2019 sur la radio privée française RTL, intitulé : “L’Europe est d’une incroyable naïveté vis-à-vis de la Chine”, le journaliste français Alain Duhamel fait une révélation déjà contenue dans mes nombreuses leçons sur le sujet depuis au moins 8 ans sur le fait que l’Europe est aujourd’hui conduite par des cancres qui ne pigent rien aux enjeux internationaux et surtout, ne savent même pas ce qui les arrive avec la Chine, qui avance de façon réfléchie et méthodique pour conquérir l’Europe.

Voici ce qu’il déclare à l’antenne :

“Face à une Chine extraordinairement puissante, méthodique et habile, l’Europe se retrouve dans une situation particulière. C’est un peu la situation d’une personne qui dort d’un mauvais sommeil, qui commence à cligner des yeux, qui regarde d’où vient la lumière mais qui n’est pas tout à fait réveillée.”

Et tout cela vient en conclusion des propos tout aussi incisifs sur la crédulité des dirigeants politiques européens qui ont cru qu’avec la Chine, ils avaient à faire à la faible Afrique, qu’ils piétinaient depuis trop longtemps sans une contre-réaction. Voici ce qu’il ajoute dans son éditorial radiodiffusé :

“L’Europe a été d’une incroyable naïveté vis-à-vis de la Chine sur le plan économique. Éblouis par la puissance chinoise, on a voulu développer les échanges sur une base foncièrement inégalitaire. La Chine a un large accès au marché public européen, les Européens ont un accès inexistant au marché chinois.”

Un jour avant, lundi 25/03/2019 c’était l’ancien ministre de l’éducation Luc Ferry, à donner rune interview au quotidien français l’Opinion dans laquelle il déclarait :

« Pratiquement tout le paysage intellectuel français est pessimiste et convaincu que la civilisation européenne est morte (…). Ce qui est vrai, c’est que l’Europe est en très mauvais état. Moi, je suis favorable à une Union européenne à 10 ou 12, contre le traité de Maastricht qui a organisé la désunion et le dumping fiscal et social. C’est le seul moyen pour avoir une politique de puissance vis-à-vis des Etats-Unis et de la Chine et qu’on ne soit pas, à terme, une de leurs colonies».

Le mot est lâché : “Colonie” !

Pour comprendre comment cette fois-ci, c’est le colon qui est en train de devenir une véritable colonie chinoise, il y a une phrase prononcée hier durant la fameuse rencontre à 4 avec le président chinois, le président de la Commission Européenne Junket et la Chancelière Allemande Merkel.

+
Burkina Faso : Et si le problème n’était pas Blaise Compaoré mais nous-mêmes ?

Cette phrase est presque passée inaperçue alors que c’était à mon avis la plus importante de tout ce cirque du président chinois, qu’on aurait dit, en train de rencontrer des directeurs d’écoles maternelles, tellement c’était palpable la petitesse de ses interlocuteurs européens.

Sur les 10 minutes 22 secondes que dure la bande vidéo du discours de Emmanuel Macron, telle que diffusée par la télévision publique française France24, il faut attendre la séquence à la minute 9:04 pour écouter ce qui nous intéresse. Et où le président Macron dit à Xi Jinping :

“Nous demandons à la Chine qu’elle respecte l’unité de l’Union Européenne”

De quoi parle Macron ?

De ce qu’est en train de faire la Chine en copiant exactement la même stratégie de division que l’Europe a employée en Afrique pendant des décennies, pour mieux s’imposer en nous divisant entre Maghreb, CEDEAO, CEMAC etc.

Depuis 2012, la China a tout simplement décidé de diviser les pays européens en 2 groupes. Les anciens pays de l’UE et les nouveaux, notamment, en créant le fameux Groupe des 16 +1.

L’histoire remonte à la vraie raison de l’élargissement de l’Union Européenne vers les anciens pays communistes de l’Europe de l’Est, pour en faire des pays de deuxième zone, mais surtout, pour fragiliser la Russie.

La Chine alors est venue en leur promettant de les sauver. Mais contre qui ? Biensûr contre l’Union Européenne.

En 2012, à Varsovie en Pologne, c’est le Premier Ministre chinois de l’époque, Wen Jiabao devant les 16 pays d’Europe centrale et orientale choisis par la Chine, lance le nouveau partenariat avec la Chine, mieux connu sous le nom du Format « 16+1 ».

Le Format « 16+1 » est ainsi composé de la Chine et de 16 pays d’Europe centrale et orientale que sont 11 pays de l’Union Européenne : Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Slovénie, Croatie et 4 pays candidats à la future adhésion à l’UE, que sont : Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Albanie et Macédoine.

Dans ce nouveau partenariat, la Chine lave l’affront que ces anciens pays communistes subissaient depuis leur adhesion à l’Union Européenne, en créant des projetrs structurants de développement notamment dans le transport, les infranstructures et beaucoup de prêts bancaires chinois.

+
Cameroun : Mouvement de colère des populations du Mayo Baléo

Bien entendu, Bruxelles ne voit pas cela d’un bon oeil, puisque ce partenariat a rendu ces pays de l’Est plus libres, à Bruxelles on dit : “plus arrogants” durant les réunions des membres de l’UE à Bruxelles. Ils demandent désormais à être respectés au même titre que les grands pays.

Le problème c’est que Macron n’est pas crédible lorsqu’il demande à la Chine de ne plus diviser l’Europe. Car en même temps, il propose aux chinois d’interférer ensemble en Afrique.

Pire, lui aussi comme les 16 pays, a besoin des milliards chinois et Pekin le sait. Voilà comment avant leur rencontre de Paris où Macron impose à la table la chancellière allemande Angella Merkel, le président chinoise lui passe commande de 290 avions A320, concurrent direct du Boieng 737 Max cloué au sol.

Là encore Xi joue à diviser le front occidental. Passer une commande de 31 milliards de dollars à Airbus au moment où l’américain Boieng voit son titre dégringoler à la bourse ne va pas contribuer à consolider le front occidental.

Mais tout cela ne serait pas complet si je ne vous dis pas comment la Chine affaiblit encore plus le front occidental.

Ainsi, avant de passer sa commande lundi 25 mars 2019 à la France, c’est son allier, la Russie qui 2 jours avant, fait débarquer ses troupes militaires avec du matériel de combat lourd au Vénézuela, où les occidentaux, comme en Syrie, ont commis l’erreur de pointer sur le mauvais cheval. Et la Chine veut le leur faire comprendre que comme en Syrie, le déclin de l’Occident va encore se montrer au grand jour.

En même temps, quelques mois avant, Macron avait rappelé son ambassadeur à Rome, après les propos du vice premier ministre contre le Franc CFA et l’exploitation de l’Afrique par la France.

Erreur de stratégie que la Chine va très vite exploiter en créant la première fissure dans le groupe des G7.

En effet son voyage en Europe commence par l’Italie où il fait signer par le premier membre du G7, l’adhésion à son projet de la Nouvelle Roue de la Soie (ou BRI, pour Belt and Road Initiative), grace à la quelle, Xi Jinping l’a dit lors du dernier congrès du Parti Communiste Chinois, doit contribuer à faire de la Chine en 2049, la première puissance économique, militaire, industrielle, technologique incontestée du monde, à l’occasion de la célébration du centenaire de l’avènement de la République Populaire Chinoise (1949).

+
Insécurité - Tchad : Deby menace de retirer ses forces des théâtres d'opération en Afrique

Avec un investissement de 1000 millairds de dollars, c’est le projet le plus pharaonique de l’histoire de l’humanité. Et cela attire la convoitise de nombreuses capitales européennes, qui pour flatter les investissements chinois sont prêtes à envoyer ballader Bruxelles sur plusieurs sujets d’hostilité possibel contre la Chine.

Et la visite du président chinois cette semaine en Europe nous a donné un avant goût du monde qui viendra.

Quoi retenir pour l’Afrique ?

Au moment où Macron supplie les chinois de ne plus diviser l’Europe et donc de ne plus intervenir dans les affaires intérieures des pays européens, il suggère, en même temps, que la Chine passe par la France pour investir en Afrique. Pire, il dit que la Chine investit trop en Afrique et que cela risque d’endetter les pays africains.

Cela ressemble étrangement au Congrès Américain qui met 2 ans d’enquêtes pour savoir si la Russie a interféré ou non, dans les dernières élections présidentielles américaines, eux qui ont tué Saadam Hussein, eux qui ont tué Kadhafi etc; en interférant continuellement dans les affaires des autres pays.

Cette fois, le Colon français est en train de devenir un Colonisé de la Chine, et cela ne peut que nous rejouir, nous africains, puisqu’il n’aura plus sussifamment de force pour nous bloquer et empêcher notre libération qui tarde à venir depuis 5 siècles.

Comme les 16 pays du format “16+1”, l’Afrique a besoin des investissements chinois pour tenir tête à son bourreau de toujours. C’est parce que les européens l’ont bien compris qu’ils sont tous sans exception, contre la Chine en Afrique. Et les naïfs africains de les seconder dans ce délire.

Même si nous voulons avoir comme Ami, des éléphants, leur problème est là que quoi ? HOO Balok !

Jean-Paul Pougala
Nice, le 27 Mars 2019



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

10 × 1 =