apiculture
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 2 min

Le cadre adéquat de la Maison de l’éleveur et du Développement du Septentrion (MEDD) a accueilli ladite cérémonie de lancement officielle en présence de près de 500 apiculteurs, des responsables de Guiding Hope et du Directeur Général de Tropical Forest qui accompagnent le secteur.

La campagne apicole placée cette année sous le thème « apiculteur engagé et responsable, pour des produits de qualité : une opportunité socio-économique en phase avec la préservation de l’environnement et du développement durable » se veut plus productive que la précédente. Selon les organisateurs de l’activité, l’objectif est de sensibiliser les apiculteurs sur les bonnes pratiques en vue du développement durable de la filière. Occasion idoine pour les responsables d’attirer l’attention sur les normes de qualité et la préservation du label made in Cameroon.

« Il faut éviter l’utilisation des produits dangereux dans la récolte du miel. Eviter la récolte avec la fumée, certains produits chimiques ou encore les moustiquaires qui contiennent des produits chimiques »,

précise Ismaila Baba, représentant du délégué régional du ministère de l’élevage des pêches et industries animales.

L’utilisation des produits qui détériorent la qualité du miel camerounais à l’international par certains apiculteurs constitue selon les responsables un danger pour l’économie du secteur. Avis partagé par le directeur général Guiding Hope lors de son intervention. Michael Tchana Njikeu a quant à lui insister sur la qualité du miel Camerounais et les normes Européenne et Mondial.

« La filière apicole est prometteuse. Notre travail consiste à exporter un miel de qualité en évitant l’utilisation de certains produits chimiques. Nous sommes leader et nous voulons que les apiculteurs camerounais restent les leaders du marché mondial »,

a déclaré Mickael Tchana Njikeu, le directeur général de Guiding Hope. Selon lui, la campagne de ce jour s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation des apiculteurs camerounais en général sur les dangers de l’utilisation des moustiquaires, lors de la filtration du miel et de la cire.

« Nous voulons qu’au terme de cette campagne apicole, les apiculteurs doivent être bien formé pour la production du miel de qualité et d’autres produits de la ruche, à savoir, le pollen, la cire et la propolis. Nous avons aussi distribué des filtres, car l’utilisation des moustiquaires détériorent la qualité du miel ».

Le représentant du ministre de l’élevage, des pêches et industries animale (MINEPIA) qui veille à la productivité du secteur a rappelé au cours de la cérémonie de lancement de la campagne apicole 2019 de Ngaoundéré que le miel Camerounais est très prisé en Europe d’où la présence dans la salle du directeur général de Tropical Forest, l’un des premiers acheteurs mondiaux du miel. Selon le MINEPIA en 2018, la filière apicole au Cameroun a généré près de 10.000.000.000 FCFA à l’économie. Annie Florence Youbissi, a insisté sur la professionnalisation de la filière apicole au Cameroun.

« Nous avons le premier et principal acheteur qui est là. Tropical Forest nous a confié que le miel du Cameroun est le meilleur il faut juste éviter l’utilisation de certains produits par les apiculteurs. Le ministre Dr Taiga m’a chargé de vous rassurer de son soutien à votre filière. Le miel camerounais fait la fierté de notre pays sur le marché mondial. Nous devons insister sur la qualité et permettre aux apiculteurs de vivre de leur activité »,

a-t-elle martelé aux apiculteurs.

>>
Cameroun – Culture : La Communauté Bafoussam de l'Est célèbre sa tradition

Pour David Waing Wright, le directeur général de Tropical Forest, il est question d’établir une chaine de collaboration avec les producteurs locaux de miel camerounais. La sensibilisation en amont permettra de produire un miel de qualité qui pourra se distinguer sur le marché mondial.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

84 + = 94