NEWSLETTER

Français     English

Share this

Jamais depuis 37 ans , une organisation internationale à la dimension du parlement européen n’avait pris de résolution aussi forte contre le régime de Paul BIYA. Des mesures qui mettent en mal la diplomatie camerounaise qui on le sait, est déjà assez prise à partie par les scandales sécuritaires et affaires scabreuses portés à l’attention de l’opinion internationale.

Le parlement européen demande 4 choses essentielles à Paul BIYA. Quand on sait que dans ses méthodes de fonctionnement, en cas de passer outre, le parlement européen appliquera comme elle le fait toujours des sanctions ciblées contre certains caciques du régime, des embargo, et surtout plus grave pousser à la saisine du conseil de sécurité de l’ONU pour la question anglophone comme elle l’envisage dans la résolution sur la question anglophone.

Cette dernière action laissant entrevoir la possibilité d’un référendum d’autodétermination qui sera imposé au Cameroun à cause du laxisme politique et de Paul BIYA, qui deviendra l’homme qui a divisé le Cameroun.

Les principales exigences du parlement européen avant les sanctions sont donc les suivantes :

  1. La libération sans condition de Maurice KAMTO et des autres prisonniers membres de son parti
  2. La liberté des marches pacifiques
  3. La révision consensuelle avec tous les partis du code électoral avant la tenue de toutes élections futures. On entend par là les régionales, les municipales et les législatives.
  4. L’ouverture immédiate d’un dialogue inclusif pour le règlement de la question anglophone.

Pour Puis MOUBANG NGANDO, Géostratège politique résident à Hambourg en Allemagne, les qualificatifs tant sur cette mauvaise gouvernance que sur la personne de BIYA exprimaient une sorte d’exaspération des députés. Par exemple :

“Un vieillard de 87 ans qui a passé 37 ans au pouvoir, c’est inadmissible”.

En effet , réunis en assemblée, les parlementaires européens tout courant politique confondu, venant de tous les pays de l’Union Européenne, ont condamné de façon claire et précise la gouvernance de Paul BIYA dont certains députés n’ont pas manqué de qualifier de plus vieille dictature d’Afrique. Pour le géopoliticien de renchérir :

« Les camerounais doivent retenir ce numéro 2019/2691 RSP du 18 avril 2018 RSP qui est celui de la résolution du parlement européen qui a sciée le régime BIYA. ».

TITRES / HEADLINES

Lire aussi / Also read
Cameroun - Crise Anglophone : Amnesty International dénonce les violences des séparatistes Ambazoniens

Le Sénat Camerounais réagit

« Le Sénat de la République du Cameroun, tout en dénonçant la campagne de dénigrement dont notre pays est l’objet, en appelle à la compréhension de ses partenaires de l’Union européenne, plus particulièrement ceux qui, comme le Cameroun, ont été ou sont confrontés à la menace séparatiste et/ou aux violences terroristes qui affectent le quotidien des populations », écrit la deuxième personnalité de la République du Cameroun. Marcel Niat Njifenji invite par ailleurs une délégation de députés européens à effectuer un voyage à Yaoundé, « afin que ces derniers se fassent eux-mêmes leur propre opinion sur la situation socio-politique et sécuritaire du Cameroun ». S’agissant de la gouvernance à a tête de l’Etat, le président du Sénat du Cameroun soutient que depuis son accession à la magistrature suprême, le président Paul Biya « construit un Etat de droit, profondément démocratique et libéral, qui garantit la libre expression des libérées individuelles et collectives. »

le président du Sénat, Marcel Niat Njifenji.

Réaction des parlementaires camerounais

« Le Cameroun est un État de droit, démocratique, profondément attaché à son unité et à son intégrité territoriale. Il est fier de sa diversité ethnique et culturelle. À cet effet, il garantit les libertés fondamentales, dont la liberté d’expression, à l’ensemble des citoyens »,

Cavaye Yeguie Djibril, président de l’Assemblée Nationale.

Le Gouvernement du Cameroun contre-attaque

“Une Résolution, qui, entre autres, et en substance : Dépeint littéralement la situation socio-politique au Cameroun, en faisant abstraction de toutes les mesures idoines prises par les autorités de l’Etat, au regard des multiples enjeux sécuritaires auxquels notre pays a dû faire face ces dernières années “,

René Emmanuel SADI, Ministre de la Communication

Téléchargez la réaction officielle ici

Lire aussi / Also read
Lire en intégralité le discours du Chef de l'Etat du Cameroun Paul Biya, à la nation le 10 septembre 2019

La société civile renchérit

“Malgré les discours sur la souveraineté nationale et les jérémiades sur les « ingérences » que le régime Biya ne manquera pas de vous opposer, chère communauté internationale, il est important que le FRONT CITOYEN, en qualité de centre d’éveil et défenseur des droits fondamentaux du peuple camerounais, vous présente une analyse objective de la situation réelle des droits humains et du respect de l’état de droit au Cameroun, tout en rappelant les attentes légitimes du peuple camerounais afin que vous puissiez porter au monde entier le message de détresse d’un peuple qui vit une véritable dictature à huis clos”,

Téléchargez le communiqué du Front Citoyen adressé à la communauté internationale ici

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

64 − 60 =