Prison de Kondengui
Prison de Kondengui
NEWSLETTER

Français     English

Share this

L’histoire de Kondengui voudrait que : Yogo était routier. Un jour, le Président de la République M. Hamadou Ahidjo passait, et le routier Yogo l’interpella pour qu’il puisse présenter les papiers du véhicule, sachant bien que c’était le Véhicule du président.

Après avoir lu tous les papiers, il les remit au président et lui demanda de circuler. Mais au lieu de circuler, il appela M. Yogo Tonga et lui remis sa carte de visite et lui donna rendez-vous au Palais le lendemain à 10h. Après être rentré chez lui, il appela, sa femme, appela le regretté Paul Pondi et M. Mbock et leur dit :

“le président m’a donné rendez-vous au palais demain à 10h, si je ne reviens pas, ne posez aucune question”

Le lendemain, il prit son courage et partit pour son rendez-vous. Arrivé au palais, le président demanda qu’on lui serve du café, sans rien dire de plus. A l’heure du déjeuner, il exigea qu’on lui serve à manger… M. Yogo Tonga se regala anxieux parce que ignorant toujours la raison ou la cause de sa présence en ces lieux.

À 13h à la Radio Nationale, il suivit sa nomination comme régisseur de la prison centrale de Yaoundé, et se vit recevoir un chèque de 7 millions de FCFA avec ces mots qui accompagnaient :

” Tu es une personne honnête, intelligente, sérieuse et vouée à son travail et ce sont des personnes comme toi, qu’on aimerait avoir dans notre nation. Toute personne doit passer par le contrôle de ses pièces, on ne choisit pas les hommes à qui demander les pièces, mais comme tu l’as fait avec moi, cela prouve que tu feras respecter la loi à tout le monde.”

Arrivé à la prison centrale comme régisseur, il décida de trouver un nom spécial à cette prison “Kondengui”

Lire aussi / Also read
Les Lupercales, aux origines de la Saint-Valentin

Nul n’est au-dessus de la loi, même pas le Président de la République.

Par contre il ne décida pas de donner ce nom en raison des évasions mais plutôt à cause du mur de la clôture dont il avait décidé d’augmenter la taille et la fit plus haute pour combattre les évasions. Chose qui cadrait à sa personnalité. Ainsi, ne trouvant pas ses mots en français, il scandait aux ouvriers en Bassa, leur demandant d’élever les murs plus hauts et ça donnait ceci : Nkonde (encore) Ngui (haut) d’où le surnom Kondengui

Il est important de mentionner également que c’est ce grandissime et gigantissime personnage du peuple Bassa par Makak, qui a conduit tout seul 600 prisonniers de l’ancienne prison à la nouvelle prison sans qu’aucun ne s’échappa : ils étaient en rangs comme les défilants … c’est à dire en carrés. Il montait et descendait dans sa jeep… avec pour consigne :

“SI TON VOISIN DISPARAÎT, JE T’ABAT “

À partir de quoi chaque prisonnier devint le gardien de son voisin en lui répétant :

” gars, moi je ne veux pas mourir … alors si tu veux fuir moi je te tue avant”

Mais la toute 1ère appellation de Kondengui était konde ndeg qui signifiait toujours “augmenter le niveau de la barrière qu’il trouvait bas”

Hommage à cet illustre homme pétri de sagesse. Un pan de notre histoire du Cameroun qui mérite d’être partagé.

Share this

Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

4 × = 16