siwak
Siwak. Crédit photo: chateaunews.com
NEWSLETTER

Français     English

Lecture/Read : 1 min

Grace à ses vertus à la fois spirituelle et hygiénique, le bâton d’arak occupe une place prépondérante dans le quotidien des fidèles musulmans, surtout en cette période de jeûne du mois de ramadan. Les vendeurs, de leur côté se frottent les mains.

Le jeûne du mois de ramadan est une période propice aux bonnes affaires. Plusieurs activités gravitent autour de ce mois sacré et accompagnent les actes d’abstention et de privation durant ce moment d’intense méditation et de recueillement. Le recours, par les fidèles au Siwak pour nettoyer les dents est l’un des aspects observés.

« Il est vrai que j’utilise souvent le Siwak pour me purifier la bouche. Mais pendant le ramadan cela devient plus intense. Son usage nous a été recommandé par notre prophète avant la prière et après les ablutions »,

justifie Nana Marouf, jeûneur.

Le Siwak fait partie intégrante du rituel de purification des musulmans. Cette brosse à dents naturelle concourt à l’hygiène de la bouche, des dents et des gencives, révèle un dentiste de la ville. Le bâton d’arak commercialisé sur les marchés de la ville de Ngaoundéré provient de l’Extrême-Nord du Cameroun.

« Les Siwak qu’on vend ici viennent non loin du Lac Tchad. Nous vendons un bâton à 50 FCFA et 100 FCFA, alors que le tas se négocie autour de 5000 FCFA »,

confie Harouna, vendeur au Grand marché de Ngaoundéré. Son usage par les musulmans est entouré parfois par de préjugés. Certains pourfendeurs de cette tradition tapis dans l’ombre n’hésitent pas à coller à « l’arbre sain » des propensions à développer la virginité.



Réactions

Veuillez saisir votre contribution !
Veuillez saisir votre nom ici

+ 60 = 69